Un été brûlant

Sortie :28/09/2011

Note : 2/5

Paul est acteur. Ou plutôt figurant. Bref, il se débrouille pour se faire un peu d’argent dans le domaine du cinéma. Il rencontre Elisabeth sur un plateau de cinéma. Frédéric est peintre. Il vit à Rome avec Angèle, une belle actrice italienne. Les deux hommes se rencontrent par un ami commun. Un été, Frédéric invite Elisabeth et Paul chez lui, à Rome.

Difficile, de plus en plus difficile pour moi de rentrer dans l’univers de Philippe Garrel. Il m’ennuie. À mes yeux, ses films se ressemblent tous. Si j’avais été marquée par Les amants réguliers il y a quelques années, son avant dernier film, La frontière de l’aube, m’avait plongée dans un certain coma atterré où la fonction « avance rapide » était devenue reine. Un été brûlant est un peu dans la même veine. Il parle d’amour, de couple qui se défait et surtout, de l’impossibilité de survivre à une rupture quand, comme Frédéric, on est ivre d’amour pour une femme. C’est si romanesque, c’est si romantique…

Louis Garrel, encore et toujours ancré dans le même type de rôle, joue un peintre nonchalant qui créé, fait ce qu’il a à faire sans se soucier du monde autour. Seule Angèle l’intéresse. Angèle, c’est Monica Bellucci. Une Monica très en forme(s). Très belle, très désirable. Je l’ai aimée dans ce rôle et ce n’est pas toujours le cas que je l’apprécie au cinéma. Le couple que forment Elisabeth et Paul, beaucoup plus modeste, beaucoup plus classique, beaucoup plus fade d’un point de vue cinématographique mais beaucoup plus normal finalement… Ils deviennent, en quelque sorte, les témoins de la crise que vivent les deux autres.

Pas mal de scènes plutôt ridicules malgré tout. Comme au début du film. Gros plan sur une Monica complètement nue, couchée sur un lit, qui nous regarde et nous tend la main. Les anachronismes sont lassants, au final on ne sait presque plus à quelle époque on se trouve. Dans les années 2000 ou beaucoup plus tôt ? Les dialogues sont peu nombreux, un peu plats. Il ne se passe pas grand-chose finalement et comment dire…on s’ennuie !

Un été brûlant est un film qui m’a semblé être un film mort, figé dans des décors sans caractère, tristes. Blasants. Un film aride qui laisse perplexe.

This entry was posted in A voir.

5 comments

  1. zofia says:

    Ben tu vois, je n’ai jamais vu de film de Philippe Garrel mais c’est tout à fait l’idée que je m’en fais… je ne sais pas pourquoi, ils dégagent une atmosphère générale d’ennui. De plus, le fait qu’il fasse toujours jouer son fils dans le rôle principal me gave profondément.

    • petiteconne says:

      Les thèmes sont toujours semblables.
      Et oui, Louis est toujours là. Dans tous les films il y avait le père du réalisateur également.. mais comme il est mort dernièrement, ça fera une tête récurrente en moins ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.