Twin Peaks

Film américain

Date de sortie : 03/05/1992

Note : 3/5

La mort étrange et brutale de Teresa Banks attirent des agents du FBI dans la petite ville de Twin Peaks, qu’ils pensent à tort insignifiante. Or, ils vont découvrir que les apparences sont trompeuses et que cette affaire implique bon nombre de personnes bien moins politiquement correctes qu’elles ne semblaient l’être à première vue. Un an plus tard, nous voilà présents lors de la dernière semaine de Laura Palmer qui va se solder par la mort inévitable de cette dernière.

Venant de me taper la série de A à Z, j’ai décidé de boucler la boucle et de terminer par le long-métrage du même nom. Par curiosité. Par envie. Par besoin de comparaison,peut-être.  Ici, il ne s’agit bien entendu pas de parler de la série, mais bel et bien du film. J’ai juste profité d’avoir tout en tête, les décors, les personnages et les scènes.

Les premières minutes du film surprennent. En effet, il commence par une affaire qui ne semble pas avoir de lien avec celle de Laura, à part le fait bien entendu qu’elle est retrouvée assassinée. Deux agents vont donc arriver sur place pour résoudre ce crime nébuleux.  Notre Dale Cooper (que nous ne verrons pratiquement pas de tout le film, cela semblait logique de toute manière), resté dans les bureaux de l’agence, pressent qu’il ne s’agit que la première mort d’une longue série. Persuadé d’y être lié d’une manière ou d’une autre, il se laisse happer par ses visions. Beaucoup de questions, de fausses pistes dans cette première demi-heure. On cherche visiblement à nous perdre et j’avoue que j’ai eu du mal à accrocher et du mal à trouver le tout convaincant.

La seconde partie était bien meilleure puisqu’elle se consacre aux derniers jours de la pauvre Laura. Inutile de vous attendre à retrouver tout le casting de la série, il est malheureusement amputé de ses meilleurs personnages, du moins à mes yeux. À noter ici que Donna n’est pas joué par l’actrice de la série mais par une autre brune (beaucoup moins jolie soit dit en passant, ce qui est assurément un vrai gâchis quand on se souvient du visage de la première). En réalité, l’intrigue se concentre autour du personnage de Laura, ce qui semblait inévitable. De ce fait, le film a un propos bien plus violent que celui de la série. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il montre ce que la série ne faisait de suggérer. Ici il ne s’agit pas de devine ou d’imaginer, mais de voir. Voir Laura se droguer. Laura tromper son petit ami. Laura en prostituée. Et surtout, il s’agit de voir Laura se faire violer par son cher papa. La solitude du personnage frappe. Il lui est impossible de parler à sa meilleure amie, ou même à sa mère et elle plonge peu à peu dans un gouffre qui l’avale goulûment. Symbole d’une jeunesse américaine apparemment sans histoires, Laura n’est en fait que la somme de souffrances sans noms et d’humiliations. Elle fuyait par la drogue et par le sexe, sa mort semble être finalement la solution pour qu’elle trouve enfin la paix. L’identité du meurtrier, révélation choquante dans la série, n’a pas le même impact dans le film. Ce n’est plus une révélation, juste le moteur des évènements qui vont suivre. Le point de départ, pas le but d’une enquête. Il n’empêche que l’introduction de Bob dans le lit de Laura reste un moment assez hypnotisant et glaçant.

Quel plaisir également de voir David Bowie à l’écran même si son intervention, trop brève, frustre un peu sur les bords. En conclusion, j’ai retrouvé ce que j’ai préféré dans la série, autrement dit : me perdre dans un cauchemar qui semble n’avoir ni début ni fin. L’ambiance m’a cependant paru bien plus lourde que dans la série, beaucoup plus violente aussi. Scènes surréalistes, séquences à décrypter…le film est globalement opaque (comme dans tous les films de Lynch, non ?) mais j’imagine qu’il faut accepter de ne pas tout y comprendre. En tout cas j’ai trouvé que le film, évidemment plus court que la série, était donc également plus intense (je reprochais à la série de se perdre et se noyer trop souvent dans des sous intrigues qui, à la longue, m’ont fait un peu décrocher de l’histoire).

Ce long-métrage est intéressant, mais surtout pour le plaisir de retourner à Twin Peaks car je n’imagine pas qu’on puisse voir ce film sans avoir vu la série au préalable, sous peine de rater plein de choses au passage.

This entry was posted in A voir.

6 comments

  1. petiteconne says:

    Oh non, il faut vraiment voir la série AVANT le film car dans le film on te donne direct toutes les cartes en mains. Si tu sais ce qui s’est passé pour Laura, la série perdra de son mystère..même si le nom de son tueur est donné assez rapidemment dans la seconde saison!

  2. Eliness says:

    Je confirme, avant de regarder le film, il faut absolument voir la série avant, sans quoi il perd tout de son intérêt.
    Heureusement, HEUREUSEMENT que la fin du dernier épisode sauve la misère de la saison 2. Cette fin est juste parfaite. (car avouons-le, seuls les épisodes réalisés par Lynch dans cette saison sont dignes d’intérêt – même les acteurs ont été déçus de l’évolution de la série…)
    Pour le film… Je crois qu’il m’a vraiment, vraiment marquée. Je n’ai toujours pas su dire si c’était dans le bon ou le mauvais sens. Je ne l’ai vu qu’une fois mais j’ai mis des jours à m’en remettre.
    Toujours est-il que selon moi, le tout est à prendre dans son ensemble, et est une de mes références ; le film est simplement une sacrée belle cerise sur le gâteau 🙂

    • petiteconne says:

      Et oui! On va dire que j’ai carrément lâcher l’affaire! Mais je compte revenir! Avant je critiquais tout ce que je voyais et lisais, là comme j’ai BEAUCOUP moins le temps, je me contenterai de revenir de temps en temps, ça sera toujours ça de pris…
      Mais faut dire que je passe ma journée à écrire des articles pour des sites divers et variés, quand le soir arrive, j’ai pas le courage de reprendre le clavier pour mon blog…

      Avec du recul j’aurais envie d’être plus sympa avec la série Twin Peaks et avec le film. Si j’ai adoré la première saison, j’ai eu du mal à avaler la seconde, j’avoue.

      Quant au film, qu’il soit marquant, en bien ou en mal, c’est déjà un bon point. Il y a tellement de films qui laissent totalement indifférents… Je pense que je le reverrais dans quelques années pour me refaire une idée.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.