Trois critiques pour le prix d’une : Tu veux ou tu veux pas, Bodybuilder et Leviathan

1563319-tu-veux-ou-tu-veux-pas-le-teaser-950x0-2

 

Tu veux ou tu veux pas (1er octobre 2014)

L’histoire : accro au sexe, Lambert se soigne. Abstinent depuis plusieurs mois, il croise la route de la belle Judith, une femme malicieuse et à la sexualité…débridée. Lambert va avoir bien du mal à tenir ses résolutions.

Mon avis : hum… comment vous dire ? Ce film est juste affligeant, finalement sans surprises, souvent surjoué. J’ai quand même voulu y croire et je l’ai regardé jusqu’à la dernière seconde mais non : il n’y a rien à en tirer. Ah si, peut-être le personnage de Sophie Marceau qui incarne une femme moderne qui assume sa sexualité. C’est dans l’air du temps mais bon, pour une fois qu’un tel personnage reste frais et léger de A à Z sans être une cruche pour autant, il faut le souligner !

Bodybuilder_affiche

Bodybuilder (1er octobre 2014)

L’histoire : Antoine a 20 ans et s’est mis à dos toute une bande de petites frappes lyonnaises. Sa mère et son grand frère l’envoient donc chez son père, Vincent, qu’il n’a pas vu depuis plusieurs années. Devenu bodybuilder et tenant une salle de musculation, ce dernier va accepter la présence d’Antoine mais le père et le fils n’ont rien en commune et la cohabitation risque bien d’être compliquée…

Mon avis : ce film a été tourné à Lyon et Saint Etienne. Autant vous dire que j’avais envie de voir ces deux villes à l’écran, y vivant et y ayant vécu. Joli casting mais petite déception ! Je m’attendais à un film peut-être un poil plus intense (le scénario est finalement très très mince). Les emmerdes sont bien à pour Antoine mais le film porte plutôt sur une réconciliation père/fils que sur autre chose. Le monde des bodybuilders est également mis en valeur, aussi omniprésent que discret, et toujours filmé avec beaucoup de respect (sans moqueries faciles quoi). Je m’attendais à autre chose !

 

079944.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Leviathan (24 septembre 2014)

L’histoire : Kolia vit avec sa femme et son fils, né d’une première union. Il vit et tient un garage dans une petite ville au bord de la mer. Vadim Cheleviat, le maire, souhaite récupérer ce terrain et tout ce qui se trouve dessus. Il va tout d’abord tenter de l’acheter mais Kolia refuse. Vadim va donc se montrer un peu plus insistant.

Mon avis : ce film russe, présenté à Cannes, est super bien noté. Oserais-je dire que je me suis emmerdée comme un rat mort en le regardant ? Je n’avais déjà pas beaucoup envie de le voir mais j’ai voulu faire cet effort pour ma culture cinématographique. Il s’agit d’un film très sombre, désespéré, tragique. Il dresse le portrait d’une Russie corrompue où les magouilles sont monnaie courante. Ceux qui ont le pouvoir arrivent toujours à leurs fins. L’alcool coule à flots et permet d’oublier les problèmes. Les femmes ont du mal à se faire respecter. Les jeunes ne savent pas quoi foutre de leur vie. Ok. On se pend tout de suite ou on attend un peu ? Je reconnais que cette fresque sociale est ambitieuse et je reconnais la beauté de la région qui nous est donnée à voir mais je n’ai éprouvé que de l’ennui devant Leviathan dont le rythme est bien trop lent. Les 6 premières minutes du film, longues car sans aucun dialogue, auraient dû me mettre la puce à l’oreille !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge