The reader

Film américain

Date de sortie : 15/07/2009

Note : 3/5

Nous sommes en Allemagne de l’Ouest, guère beaucoup de temps après la Seconde Guerre mondiale. Michael Berg a alors quinze ans. C’est par hasard qu’il rencontre Hanna, une femme de vingt ans de plus que lui dont il va finir par devenir l’amant. Cachés de tous et notamment de la famille de Michael, ils entament une liaison qui durera plusieurs mois. Outre le fait qu’elle prenne plus ou moins en charge son éducation sexuelle, elle a une exigence : elle veut qu’il lui fasse la lecture. Un jour, alors que rien ne le laissait présager, Hanna disparaît et laisse un jeune homme aux abois. Il ne se doute pas qu’il recroisera le chemin de cette femme, huit ans plus tard. Il est étudiant en droit et assiste avec sa classe aux procès des crimes de guerre Nazi. Hanna est sur le banc des accusés.

J’ai beaucoup tardé à voir ce film alors que même à l’époque de sa sortie en salle, il m’avait fait envie. Quand enfin je l’ai eu entre les mains, j’ai paradoxalement hésité à le voir, j’avais peur qu’il soit trop déprimant. Loin de voir un film dur, j’ai quand même eu affaire à une histoire plutôt dramatique…

Avant toute chose, il faut savoir que ce film s’articule entre trois périodes : celle de la rencontre entre le jeune Michael et Hanna, celle du procès huit ans plus tard et celle qui correspond à une période assez éloignée dans le temps, une vingtaine d’années. Il est assez intéressant de voir l’évolution donnée au personnage d’Hanna, de plus en plus vieille, de plus en plus atteinte par le temps. Il est également plutôt captivant de voir comment évolue la relation entre les deux personnages. Pour ma part, dans la première partie, j’ai trouvé la relation entre Hanna et le jeune garçon assez dérangeante et un peu bizarre. Elle se donne à lui de manière impromptue et l’on ne comprend pas comment une femme de son âge peut être émoustillée par un gamin. La situation n’est pas très originale, mais à chaque fois elle me fait me questionner sur les vraies raisons d’un tel couple. Quand Michael s’aperçoit, des années plus tard, qu’Hanna est accusée d’avoir participé au nazisme, j’ai trouvé sa réaction un peu décevante, j’aurais aimé qu’on voit plus son trouble car c’est quand même une révélation assez bouleversante. Globalement, même s’il jouait bien, je n’ai pas aimé l’acteur qui a pris en charge les jeunes années du personnage. Ralph Fiennes, sans être mauvais, est plutôt transparent et finalement, peu présent dans ce film puisqu’il n’arrive concrètement qu’à la dernière partie du long-métrage. Pour ce qui est de Kate Winslet, je ne l’avais jamais vu dans un rôle aussi dur. C’est une femme un peu austère, solitaire et qui, je trouve, a également un côté sacrément rude. Pas très féminine, ni très sympathique. Néanmoins l’histoire d’amour qu’elle vit avec le jeune homme lui donne un côté plus touchant, surtout aux moments où elle réalise que leur histoire n’a pas d’avenir (cf la scène où on la prend pour la mère du garçon). On la sent fragile, souvent sur le qui vive. Sa vie n’est que mensonge, elle reste mystérieuse. Plus tard, notamment durant le procès, ce personnage m’a quand même pas mal dérangée. Je n’ai absolument pas su comment la prendre, comment la considérer. Cette femme a fait des choses atroces avec une certaine indifférence, elle a fait son travail, elle a fait ce que ses chefs lui commandaient et ses actes nous ramènent encore et encore à la même question : à sa place, qu’aurions nous fait ? Facile de juger quand on ne trouve pas en situation. Le fait que nous ayons vu cette femme être amoureuse, prendre soin de Michael nous rend le personnage encore plus dur à cerner. Kate Winslet joue un monstre plein d’humanité dont on ne sait que penser.

J’ai trouvé la première partie plutôt longue. Les personnages sont longuement introduits, on laisse la part belle à leur relation qu’on explore sous tous les angles. Cela était sans doute nécessaire pour que l’on comprenne bien à quel point cette période de sa vie était importante pour le Michael devenu grand mais j’ai eu du mal à ne pas me demander quand la love story allait laisser place au reste. Globalement, le film est quand même coupable de quelques longueurs et surtout d’une certaine raideur. La mise en scène est vraiment plate et trop sobre. Je sais pas, j’ai trouvé ça bien mais je m’attendais à énormément mieux. Je suis restée un peu dubitative. Mais bon, qu’on adore ou qu’on aime moins, personne ne peut le nier The reader ne laisse pas totalement indifférent de par son thème (même si je n’ai pas réussi à être touchée par les personnages).

This entry was posted in A voir.

One comment

  1. Avant l'averse says:

    C’est l’un de mes films préférés. Je n’arrive toujours pas à comprendre la relation des deux personnages, mon opinion change à chaque visionnage. Je balance entre histoire d’amour – manipulation – personnes blasées qui passent du bon temps ensemble sans trop savoir pourquoi. Je comprends ton avis pour la raideur et le côté trop lisse, personnellement je trouve que c’est l’un des points positifs du film. Je ne m’attendais pas à autre chose, à vrai dire. Par contre j’ai lu le livre (après avoir vu le fim) et je ne l’ai pas tant aimé que ça.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.