Tête de turc

Film français

Date de sortie : 31/03/2010

Note : 3.5/5

En pleine crise des banlieues, il fallait oser sortir un film qui se passe dans cet environnement et qui, de plus, met en scène la violence telle qu’on a l’habitude de la voir aux infos. Tout commence à cause d’une petite bande de jeunes qui, du haut d’un immeuble, balance un cocktail Molotov sur la voiture d’un médecin qu’ils pensaient être celle d’un flic. Bora est celui qui le lance. Il sera également celui qui descendra extirper le corps du médecin devenant le bourreau et le sauveur en l’espace de quelques minutes. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’une autre femme est morte dans l’immeuble, par sa faute, car le médecin appelé en urgence n’est jamais venu. La suite ? Une histoire de culpabilité, surtout quand on propose tous les honneurs au jeune homme pour un crime dont lui seule se sait coupable (personne ne sait que Bora est aussi l’agresseur, on l’a seulement vu dégager le corps de la voiture en flammes). Le frère du médecin, flic, va mener l’enquête et tenter de mettre la main sur celui qui a failli briser la vie de son frère.

Tête de turc est le premier film de l’acteur Pascal Elbé qui joue le médecin, personnage au centre de l’histoire mais plus en retrait.  Ce film brasse tous les thèmes qui sont liés aux banlieues : immigration, intégration, violence, guéguerre entre les communautés, précarité,…et j’en passe. À trop se vouloir réaliste, on frôle de près quelques clichés vus et revus. Pas toujours très subtil, donc. Et puis l’intrigue n’est pas très intrigante, justement, dès le départ on sait où l’on veut nous mener mais on se laissera faire avec plaisir.

Sinon c’est très bien joué, assez bien filmé, et juste assez court pour éviter de nous perdre dans des longueurs qui viennent souvent tout gâcher (1h24). J’ai bien aimé cette réflexion autour du phénomène de groupe qui fait souvent faire n’importe quoi à des personnes qui, prises une à une, sont souvent bien loin d’être aussi méchantes et rebelles qu’on le pense. Avec ses potes, Bora est vraiment un petit con mais son parcours personnel, son besoin de vérité, montreront qu’il y a encore de l’espoir pour lui. Le thème du pardon est également important dans ce film et intervient à plusieurs étapes de la narration.

Tête de turc est un film qui tente de nous faire réfléchir. Dans quel état est votre conscience ? Avez-vous été honnête avec vous-même, et avec votre famille ? Pas toujours égal à lui-même (quelques pertes de rythmes), ce film est quand même une bonne surprise,…étrange cependant cette manie de faire des fonds blancs pour passer d’une scène à une autre…ça m’a laissée septique.

This entry was posted in A voir.

5 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.