Stake land

Année de production : 2010

Note : 2.5/5

Martin était un ado comme les autres. Il avait une vie banale. Jusqu’au jour où une terrible épidémie s’abat sur l’Amérique. Les vampires sont là. Tuent, détruisent. Le territoire est à feu à sang, la peur, omniprésente. Alors qu’il vient de voir sa famille être décimée, Martin rencontre Mister, un chasseur de vampires. Ils vont partir tous les deux vers le Canada, à New Eden, une zone qui n’a pas encore été touchée par ce mal. Au cours de leurs aventures et de leur longue route, ils croiseront de nombreux compagnons de voyage pour le meilleur  et bien souvent, pour le pire…

Apparemment, Stake Land n’est jamais sorti au cinéma en France. D’ailleurs, ça ne m’étonne pas plus que ça car il ne s’agit pas d’un grand film, ajouté au fait qu’il n’y a aucun acteur connu au casting. Pas vraiment bankable. Pourtant, contre toute attente, ce film se laisse bien voir, comme on dit. Il surprend même. J’adore les films de zombies et de vampires mais dieu sait qu’il existe plus de créations ridicules que crédibles et je suis bien souvent atterrée par ce que je vois. J’aurais pu mettre plus que la moyenne à ce film mais je dois rester crédible au niveau des notes que je mets.

Stake land est une bonne surprise, pas le film du siècle.

Au cours des premières minutes, j’ai eu du mal à analyser de quelle nature étaient les envahisseurs. S’il faut les tuer d’un pieu dans le cœur, ils ont une tête de zombies. Bien loin des beaux gosses de Twilight ou de Vampire Diaries (merde !).

Ce que j’ai aimé dans ce film, c’est qu’il ne fait pas dans le sentimentalisme. Il n’y a pas de moment héroïque où un mec se sacrifie pour sauver tous les autres. C’est chacun sa route, chacun sa croix, chacun sa mort. Pas de pitié. Même si cela peut sembler horrible, cela me semble crédible car j’imagine que dans des moments aussi tragiques et extrêmes, on ne perd pas son temps à penser à son voisin…

Ajouté au fait qu’en plus des vampires, une confrérie de religieux intégristes entend bien faire entendre sa loi. Inutile de préciser que ceux là, mieux vaut ne pas les croiser…

La mise en scène vaut également le coup. Je l’ai trouvée plutôt soignée, parfois presque onirique sous certains aspects. Quelques errances mélancoliques et poétiques qui font presque tache dans un monde pareil mais qui en sont d’autant plus intéressantes. J’avoue, ce film m’a happée sans que je m’en rende compte. Je ne m’attendais pas à des images de cette qualité. La solitude, le désespoir, la fatigue sont des sentiments très présents dans ce film qui, sans en faire trop, nous offre également quelques scènes gores entre humains et vampires qui valent la peine. Stake land va droit au but, ne perd pas une seconde, n’y va pas par quatre chemins et c’est appréciable pour une fois, de ne pas avoir à subir des séquences de remplissage.

Les personnages secondaires sont également attachants même si Mister reste un peu cliché tout au long du film dans sa fonction de héros solitaire, taciturne mais plutôt gentil finalement.

En résumé : un film durant lequel on ne s’ennuie pas, une bonne surprise avec de nombreux défauts, mais ça permet de passer une bonne soirée pas romantique entre amoureux.

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.