Smart people

Film américain

Date de sortie : 17/06/2009

Note : 3/5

Lawrence Wetherhold est un professeur brillant, très intelligent, très compétent. Néanmoins, comme la vie ce n’est pas seulement l’enseignement, et pour le reste, en bon handicapé du sentiment qu’il est, on va dire qu’il se débrouille plutôt mal. Que ce soit d’un point de vue familial ou même sentimental, c’est la débâcle et rien ne va comme il veut. Lawrence a perdu sa femme il y a quelques années. Son fils aîné est à la fac mais se ferme complètement et refuse de lui raconter quoique ce soit. Sa fille cadette, 17ans, est quant à elle une intello méprisante et quelque peu hautaine, du genre à trouver le reste de l’humanité complètement con (ce qui ne l’aide pas vraiment à se faire des amis). Enfin, il y a le frère adoptif de Lawrence, du genre boulet, pique-assiette, et qui, encore une fois, se tape l’incruste. Ça tombe mal, car Lawrence vient de rencontrer Janet, une de ses anciennes élèves. Cette femme va peu à peu l’aider à se sortir de sa torpeur mais y a-t-il vraiment une place pour elle dans la vie de cet homme ?

J’avoue, avant de voir ce film, j’ignorais tout de l’histoire et j’ai seulement eu envie de voir ce qu’il pouvait donner car j’avais remarqué la présence d’Elen Page au casting (elle joue la fille). Cependant, étant donné que j’avais aussi vu le nom de Sarah Jessica Parker (à mes yeux, bien loin d’être une référence…si présente dans un film attention danger), je me suis dit que ça devait être un film un peu bête, une comédie sans grande envergure que j’allais regarder pour me vider la tête. Que nenni. En fait, j’ai beaucoup aimé Smart people et j’espère pouvoir expliquer correctement pourquoi.

Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce long métrage, un peu morose, un peu noire et même déprimante (mais principalement au début du film). La famille mise en scène semble bien peu unie en apparence, marquée par le deuil, en pleine reconstruction…ou presque, car la situation semble stagner depuis un moment. Le personnage principal est un homme qui est finalement assez antipathique, grincheux, n’ayant le goût à rien et surtout carrément intellectuel. Mais le genre intellectuel chiant, qui ne parle que de travail, avec des mots compliqués. Dans son monde, il se fout bien de savoir qui le comprend ou non. Il oublie les noms de ses élèves, même si certains suivent ses cours depuis un moment. Il ne s’intéresse pas aux gens, les catalogue tout de suite et ne revient pas sur ses conclusions hâtives. Janet fut son élève il y a quelques années mais, bien qu’elle le reconnaisse tout de suite lorsqu’il arrive aux urgences, lui n’a aucune idée de qui elle est, forcément. Mais peu à peu, ces deux là vont peut-être décider d’aller un peu plus loin, même si au départ, personne n’aurait parié sur leur histoire. Dans son rôle de médecin Sarah Jessica Parker est pas trop mal, même si son personnage manque cruellement de profondeur. On ne sait pas grand-chose d’elle finalement et c’est terriblement frustrant quand on y réfléchit. Évidemment, son personnage participe activement à la fameuse « romance qui permet de remettre le pied à l’étrier de la vie », donc du vu et du rerererevu, mais bon, c’est joli alors on se laisse embarquer. Mais l’amour n’est pas le seul au rendez-vous. La relation entre les deux frères prend de plus en plus de place. Thomas Haden Church qui joue le role du frère complètement à l’ouest est un peu cliché, il faut bien le dire, mais son personnage apporte un peu de folie dans la vie du père et de la vie qui se prennent un peu trop pour des êtres supérieurs. La relation père fille est évidemment très importante. Depuis que leur mère/femme est morte (ils ont d’ailleurs gardé toutes ses affaires), quelque chose sonne faux. Ils vivent toujours dans le passé, incapables de rebondir. Elen Page incarne une sorte de Daria, légèrement asociale, individualiste, solitaire, cynique, intellectuelle…et paumée. On sent qu’elle copie plus ou moins le comportement de son papa (d’ailleurs, elle le lui dit, il est son seul modèle). Je pense que c’est le personnage que j’ai le plus apprécié.

À mes yeux, Smart people est une chronique familiale assez sympa, qui n’apporte pas vraiment de nouveautés, que ce soit du point de vue de l’histoire (assez simple), qu’au niveau de la mise en scène. Si l’histoire est plutôt lente, étrangement cela ne dérange pas vraiment car cette lenteur est nécessaire pour comprendre l’évolution des sentiments des personnages. Je crois que si les faits s’enchaînaient plus vite, le tout aurait un ton beaucoup plus superficiel.

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.