Sans honte (Le Protectorat de l’ombrelle, tome 3), Gail Carriger

J’avais commencé Sans honte (Le Protectorat de l’ombrelle, tome 3) sur le chemin du retour de vacances. Donc la tête dans le c** après une courte nuit à Genève et encore pas mal de séquelles du voyage en avion. Puis je l’ai laissé de côté car, de retour chez moi, ma petite liseuse a été concurrencée par de (trop) nombreux livres papier.

9782253169741-T

Quel bonheur de retrouver Alexia, l’héroïne inoubliable de notre chère Gail Carriger !!

Après les événements survenus durant son séjour en Ecosse, Alexia est allée se réfugier chez sa mère. La reine Victoria l’a exclue du Cabinet fantôme et Lord Akeldama, soit le seul qui pourrait l’aider dans cette dure épreuve, a disparu. Suivie de Floote et de Madame Lefoux, Alexia s’enfuit finalement en Italie. Si elle ne part pas forcément sur les traces de son père, elle va en apprendre beaucoup plus au sujet de son géniteur et va surtout rencontrer les Templiers. Vont-ils l’aider, comme elle l’espère, ou sont-ils encore plus dangereux que les vampires qui sont à ses trousses depuis son départ de Londres ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce 3ème tome est riche en action et en rebondissements. Il y a toujours ces petites touches d’humour si agréables, ces dialogues savoureux et pétillants et cette originalité qui fait vraiment mon bonheur.

Si on avait vu Alexia partir en Ecosse au dernier volume, cette fois elle quitte Londres pour Florence…en passant par Paris puis par Nice. Bien sûr, vous vous doutez bien qu’elle ne va pas voyager comme tout le monde en train. La demoiselle va encore une fois prendre la voie des airs, mais pas forcément la montgolfière ! Arrivée sur place, elle va découvrir Florence (une ville décidément trop orange pour elle), les italiens et surtout, le pesto pour lequel elle va éprouver une vive passion.

Lord Maccon est, quant à lui, le grand absent de ce tome. Occupé à se saouler la gueule au formol, il laisse le devant de la scène au professeur Lyall. Si vous aimiez ce personnage, vous allez être servi car le roman est séparé en deux intrigues qui se déroulent en parallèle : celle d’Alexia à Florence et celle du professeur à Londres. Forcément, difficile de s’ennuyer avec tout ça !

L’auteur nous permet également (et c’est pas trop tôt !) d’en savoir plus sur les paranormaux, leur place dans les civilisations anciennes et l’évolution de leur relation avec les êtres surnaturels.

Gail Carriger doit terriblement s’amuser à mélanger l’ambiance victorienne avec des personnages hauts en couleurs, des situations absurdes (mais très drôles) et ces fameuses machines inventées de toutes pièces et sorties de l’imagination la plus folle !

Vous l’aurez compris : j’ai été charmée par Sans honte !! Je vais donc continuer sur ma lancée (enfin, pas tout de suite quand même) et lire les deux suivants et derniers volumes de la série : Sans cœur et Sans âge.

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge