Quartier lointain

Film français

Date de sortie : 24/11/2010

Note : 2.5/5

Thomas est un homme d’une cinquantaine d’années. Marié et père de famille, il mène une vie tout à fait normale. Un jour, lors d’un voyage qui aurait dû être insignifiant, il arrive par hasard dans une commune excentrée, où il n’a pas remis les pieds depuis des années : la ville de son enfance. Après avoir fait quelques pas à la recherche de son passé, rencontré un ancien ami, il va faire un tour dans le cimetière pour aller se recueillir sur la tombe de sa mère. Là, il fait un malaise et lorsqu’il se réveille, c’est quarante ans plus tôt, dans son corps d’adolescent. Sans comprendre pourquoi ni comment il va revivre sa vie telle qu’elle était alors, avec ses amitiés, son premier amour,… Il cherchera aussi à comprendre (et peut-être à éviter ?) le départ de ce père qu’il n’a jamais revu et qui lui a tellement manqué.

Ce film est adapté du manga du même nom que je ne connaissais que vaguement, l’ayant eu entre mes mains au hasard d’une librairie ou d’une bibliothèque. J’imagine que quelqu’un l’ayant lu et apprécié aura bien du mal à voir cette histoire transposée dans notre pays, dans les années 50, avec des acteurs et des paysages bien français. Ce n’est pas mon cas donc mon avis se détache de toutes comparaisons avec l’œuvre originale.

J’ai aimé cette histoire car elle est remplie de poésie et de mélancolie. Qu’importe son âge, qu’importe sa situation, il est très facile de se mettre à la place du personnage principal. Qui n’a jamais eu envie de revenir à l’époque de son enfance, de son adolescence ? Qui n’a jamais rêvé de revivre son premier amour, de revoir ses amis tels qu’ils étaient alors, ses parents lorsqu’ils étaient plus jeunes ? Thomas repart dans le passé, certes, réintègre son ancien corps, mais dans sa tête, dans ses gestes, il reste l’homme qu’il est devenu…d’où bon nombre de situations légèrement comiques. Personne ne comprend ce qui arrive au jeune Thomas qui semble avoir tant changé. Thomas, lui, voit sa vie d’avant avec l’œil d’un adulte raisonnable, réfléchi. Il refuse de se laisser aller avec celle pour qui il avait craqué à l’époque par crainte de tromper sa femme actuelle. Il devient plus attentif avec sa petite sœur alors qu’à l’époque il la considérait plutôt comme une créature agaçante. Et surtout, il est plein de tendresse et de douceur (voire de compassion) pour sa maman et cherche constamment à la protéger et à lui faire plaisir. Il faut dire que pour lui, tout est extraordinaire, même une simple visite chez sa grand-mère, morte il y a des siècles du point de vue de sa vie d’adulte.

Cependant, au cœur de l’histoire, il y a la relation avec le père. Ce père disparu qui a tant manqué au Thomas devenu adulte. Sachant la suite de l’histoire, pas très positive, le jeune garçon va tout faire pour le retenir, pour réécrire le passé pour que son histoire à lui, et le parcours de sa mère qui a beaucoup souffert, soient différents. Ce père fuyant et déjà un peu absent, joué par Jonathan Zaccaï, m’a semblé plutôt antipathique et très égoïste.

Oui mais voilà, le film en lui-même est quand même plutôt mollasson. Dommage également que la fin de l’histoire soit si peu compréhensible. J’ai eu du mal à cerner ce qu’on voulait vraiment nous dire tant elle m’a paru expédiée. Il manque vraiment un petit quelque chose qui aurait pu nous laisser une trace positive dans la tête. Regrets, non dits, silences et lourdeurs…cela plombe un peu l’atmosphère et l’on en veut aux personnages d’être si « bêtes » alors qu’ils pourraient avoir la belle vie.

Quartier lointain n’est pas très original. Des sauts dans le passé, on en a fait des tonnes dans le cinéma. Pourtant il y a une ambiance digne d’un rêve, un petit quelque chose qui fait que…Sympa mais quand même loin d’être transcendant, voilà pourquoi je n’ai mis que la moyenne à ce film quand même agréable à regarder et surtout sans mièvreries. Je l’ai pris comme une sorte de quête identitaire : en repartant dans le passé, Thomas tente de l’analyser, de le comprendre pour peut-être mieux appréhender son présent, en tant qu’homme. Une leçon : accepter son passé, faire avec. Pas toujours facile…

This entry was posted in A voir.

2 comments

    • petiteconne says:

      Dans ce cas, il ne faut surtout pas regarder ce film pour Pascal Greggory car on le voit à peine. Un peu au début. Un peu à la fin. Normal, puisqu’il joue le role de Thomas devenu adulte… je l’ai pas trouvé super d’ailleurs, un peu trop éteint à mon gout, mais c’était peut être voulu…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.