Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles, Gyles Brandreth

9782264048554

En Juillet, alors que j’étais en plein dans les peintures de mon nouvel appart, je lisais : Oscar Wilde et le jeu de la mort. Je crois que j’assimilerais toujours ce livre à l’odeur de peinture et à la chaleur estivale. J’avais réalisé qu’il s’agissait du second tome d’une série de plusieurs bouquins avec comme héros principal, et enquêteur, Oscar Wilde. Je vous avais expliqué mon bonheur de lire une telle histoire (même si j’avais quelques réserves au sujet de l’intrigue). Quelques mois plus tard, j’ai donc décidé de lire le premier tome, soit Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles.

L’histoire

Oscar Wilde est un homme marié, père de deux enfants. Il s’apprête à écrire Le Portrait de Dorian Gray. Sa vie va pourtant être bouleversée par un drame : dans un meublé, il retrouve le corps d’un jeune garçon de sa connaissance. Les rideaux sont fermés, des chandelles entourent le corps inerte et une odeur d’encens envahit tout l’espace. Sous le choc, il quitte la scène. 24h plus tard, il se décide à y revenir avec ses amis : plus rien ! Le corps a disparu et les litres de sang qui recouvraient le plancher semblent avoir été nettoyés. Billy Wood était sans le sou, insignifiant, il n’intéresse pas la police. Oscar jure alors de faire justice à son jeune ami et de trouver le coupable.

Mon avis

J’ai été vraiment char-mée par ce roman.

On y retrouve bien entendu Oscar Wilde mais aussi deux de ses grands amis : Conan Doyle, le papa de Sherlock Holmes et Robert Scherard dont le nom nous est un peu moins connu mais qui n’était pas moins un journaliste et écrivain très proche de Wilde. Gyles Brandreth en a fait le narrateur de l’histoire.

L’auteur nous embarque dans le Londres victorien que j’aime tant. Nous sommes en 1890 et l’électricité apparaît peu à peu dans les établissements les plus modernes, et quand notre petite bande débarque à Paris lors d’un court voyage, la Tour Eiffel vient tout juste d’être montée. Personnellement, j’aime beaucoup ce contexte historique mais ça, je le répète depuis de nombreux mois ! (notez que mon enthousiasme reste intact !).

Les fans de polar-pur-et-dur pourront être déçu par le traitement de l’enquête car, si le suspens perdure jusqu’aux dernières pages, la trame policière n’est finalement qu’une toile de fond. Certes, Oscar Wilde enquête mais il n’y a pas que ça dans sa vie. Il y a le champagne, sa femme Constance, son travail et tant d’autres choses encore. En apparence, il semble souvent oublier son cher Billy Wood mais la fin de l’histoire nous prouvera que Wilde a, au contraire, œuvré dans l’ombre pour mieux coincer les coupables. Pas si indolent que ça, le Wilde !

Tout au long du roman, on s’imprègne de l’époque, de la société d’alors et surtout, on suit Wilde, personnalité haute en couleurs et homme tellement passionnant. L’auteur a suffisamment de subtilité pour peindre le portrait d’un homme riche en contrastes et peut-on le dire, en contradictions. La question de ses amours homosexuelles est également soulevée avec délicatesse, Wilde étant avant tout montré comme un homme amoureux de la beauté et de la jeunesse sous toutes ses formes.

En quelques mots…

Gyles Brandreth a ressuscité Oscar Wilde avec brio. Si l’intrigue se met lentement en place, elle n’en est pas moins intéressante…En effet, même si le coupable apparaît finalement assez clairement au bout d’un moment, les détails de l’affaire sont difficiles à trouver avant d’arriver au discours final de Wilde.  Du coup, il est clair que je lirai avec plaisir la suite de cette série très originale, agréable à lire et bien documentée.

thrillerpolar-pativore2

3 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge