Mum and Dad

Film britannique

Note : 4/5

Lena est une jeune immigrée Polonaise. Elle est seule, ne connaît absolument personne. Pour survivre, elle est femme de ménage à l’aéroport d’Heathrow. C’est là qu’elle fait la rencontre de Birdie et de son frère Helbie (qui ont tous deux été adoptés, on ne saura jamais quand, comment, ni d’où ils viennent vraiment). D’abord un peu méfiante, elle se laisse vite amadouer et un soir, manquant de peu son bus, elle se laisse inviter chez ces derniers qui habitent non loin de là. Sans le savoir, elle vient de faire l’erreur de sa vie car ce n’est pas dans une maison normale qu’elle vient de pénétrer,non, mais dans une maison de l’horreur où la torture est reine et où la violence, physique ou verbale est quotidienne. Lena comprend vite qu’elle va devoir faire un choix, s’intégrer à cette famille et en devenir un membre à part entière, ou mourir…

L’ambiance carrément glauque du film est une vraie réussite. Du fin fond de notre canapé on angoisse tout du long, on se crispe et on attend quand même la scène suivante avec hâte. J’ai lu des critiques de personnes plutôt sceptiques (critiquant le scénario, et il est vrai que finalement, il ne s’y passe pas grand-chose) mais personnellement, je n’ai pas honte de dire que j’ai trouvé ce film traumatisant et hyper malsain, tout à fait ce que j’en attendais.

Pas une seule note de musique dans ce film mais des cris, gémissements et surtout des silences horribles (vous avez déjà vu des scènes de torture muettes vous ?). Le personnage du père, sous ses petits airs de « Monsieur Tout le Monde »  est particulièrement dégoûtant, pervers, sale et très très très sadique. J’ai également beaucoup aimé le personnage de Birdie qui rentre d’une certaine manière en compétition avec Lena, la nouvelle fille de la maison.

Les scènes de torture au début du film laissait présager le pire car c’est du vu et du déjà vu mais le réalisateur a eu l’intelligence de se focaliser sur autre chose : comment s’adapter à une maison de fous pour sauver sa carcasse ?  Rendue muette par des injections, le personnage principal gagne d’avantage en intensité et on croise vraiment les doigts pour qu’elle finisse par être la plus maligne…En conclusion, ce film est horrible, non pas à cause de ce qu’il montre, mais plutôt à cause de ce qu’il ne montre pas. Cette famille déviante (qui regarde du porno au petit déj) glace le sang mais l’horreur tient surtout aux situations et aux scènes qui mettent très mal à l’aide (sans parler de la chose qui vit au grenier). Je m’attendais peut-être à une autre fin, et il me semble que la seconde moitié n’est pas à la hauteur du début mais ce fut une découverte intéressante.

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.