Mes films cultes n°10 : Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Je ne me souviens plus trop dans quel contexte j’ai vu Eternal Sunshine of the Spotless Mind pour la première fois. Chez moi ? Au cinéma ? Le film a un peu plus de 11 ans (déjà ! déjà!!!) et je dois avouer que depuis sa sortie, je l’ai vu de nombreuses fois.

Tout comme vous, non ?

Je sais en tous cas que j’avais été perturbée par le côté super décousu du scénario.

eternal-sunshine-of-the-spotless-mind

A mes yeux, il reste le meilleur Michel Gondry. Avec Charlie Kaufman au scénario, c’est important de le noter !

Rappelons l’histoire !

C’est celle de Joel et Clementine qui ne voient plus que les mauvais côtés de leur histoire d’amour. Pour s’en débarrasser pour de bon, Clementine fait effacer de sa mémoire tous les souvenirs de cette relation. Joel tente de faire de même. Les deux techniciens du Dr. Mierzwiak mettent en place le procédé Lacuna et les souvenirs de Joel lui reviennent en mémoire, un à un… pour mieux s’effacer. C’est pourtant en remontant le fil du temps que Joel a une prise de conscience : il ne veut pas oublier Clementine. Mieux encore : il l’aime toujours .  Il va alors essayer de cacher Clémentine dans les moindres recoins de son subconscients afin d’être sûr de ne pas l’oublier complètement. 

FILE - In this undated promotional file photo released by Focus Features, actors Kate Winslet, left, and Jim Carrey are seen in a scene from the film "Eternal Sunshine of the Spotless Mind." (AP Photo/Focus Features, David Lee, File)

Je n’aime pas trop trop Jim Carrey en général. Sauf dans ce film. Et dans Truman show que j’ai également intégré à ma dvdthèque il y a quelques mois. Mais là, je trouve qu’il apporte une belle fragilité à son personnage, quelque chose d’émouvant. Peut-être qu’un autre aurait fait aussi bien, voire mieux. Mais je ne peux plus imaginer qui que ce soit d’autre dans le rôle ! En tous cas j’ai toujours aimé ce personnage légèrement dépressif, englué dans ses regrets et d’autant plus triste de voir que celle qu’il aimait est passée à autre chose.

Dans tous les cas, vous savez bien que la présence de Kate Winslet dans le rôle de Clementine m’a ravie à l’époque et me ravi toujours ! Je sais bien que l’actrice ne fait pas que des rôles en costume mais c’est quand même un univers auquel je l’associe encore et toujours. La voir dans un rôle de femme si moderne, avec les couleurs de cheveux les plus dingues du monde (faut oser le bleu, quand même…), était agréablement surprenant.

…et puis bizarrement, le couple formé par ces deux là fonctionne complètement. Il est gentil et timide. Elle est hyperactive et excentrique. Malheureusement, leur histoire, d’abord présentée comme idyllique,  se dégrade.

Outre les acteurs excellents (et je n’évoque même pas le reste du casting car je ne veux pas écrire 150 pages car pas le temps mais les trames secondaires sont bien loin d’être insignifiantes pour le reste de l’histoire !), le film est également totalement… inventif. Il n’y avait que Michel Gondry pour réaliser cet espace de voyage mi-réaliste, mi-onirique, sur les traces d’un amour défunt !

Mais, contrairement au film 5 X 2 de François Ozon, qui, rappelez-vous, nous montrait une histoire d’amour en 5 scènes clefs, de la rupture à la rencontre, Eternal Sunshine of the Spotless Mind reste beaucoup plus romanesque et romantique. Cette réflexion sur leur relation et ces évènements n’éloignent pas nos deux personnages. Au contraire, elle va les forcer à retrouver ce petit truc qui les avait poussé l’un vers l’autre au début et qu’ils avaient fini par oublier.

455956

Beau, doté d’une sublime BO, original… Eternal Sunshine of the Spotless Mind est un film au scénario astucieux. A la fois réaliste et complètement surréaliste, il marque l’esprit ! Un film à revoir de temps en temps, même quand on le connait par cœur, juste pour le plaisir !

7 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge