Mes films cultes 2 : Jane Eyre, de Franco Zeffirelli (1996)

 J’ai découvert Jane Eyre (le livre), en 3ème. Un après-midi de désœuvrement complet (ma mère recevait des amies et je m’étais cloitrée dans ma chambre pour ne pas les voir), j’ai commencé par dévorer l’édition pour enfants que j’avais dans ma bibliothèque puis j’ai lu la vraie version (la version intégrale quoi), beaucoup plus longue et détaillée. C’est quelque temps après que l’adaptation est passée à la télévision. Un choc. Si j’avais pu, j’aurais passé ma vie devant ce film.

061_charlotte_gainsbourg_theredlist

Jane Eyre, de Franco Zeffirelli, est sorti en 1996. J’avais 11 ans. Je n’allais pas encore voir ce genre de films au cinéma. A l’époque, j’avais pourtant déjà un faible pour Charlotte Gainsbourg bien que je l’ai, un temps, délaissée pour une brève passion pour Sophie Marceau.

Je passe rapidement sur l’histoire, que vous connaissez sans doute et qui nous permet de suivre la pauvre Jane du pensionnat de Lowood à la riche demeure de Monsieur Rochester où elle devient la gouvernante de la petite Adèle.

jane_eyre_charlotte_gainsbourg_franco_zeffirelli_004_jpg_nqyz

 Dans cette version, Rochester est incarné par William Hurt. Quel que soit mon âge, je n’ai jamais fantasmé sur cet acteur (et vous non plus j’imagine) mais, transformé en propriétaire terrien sombre et torturé, il a gagné un peu de charme, non ? D’ailleurs, puisqu’on parle finalement de beauté et de charme, dans le bouquin, il me semble qu’il est précisé que Rochester n’est pas vraiment beau, bien qu’ayant une certaine prestance. Pourquoi pas William Hurt alors ?

Charlotte Gainsbourg fait, quant à elle, une Jane Eyre idéale. Physiquement, c’est ainsi que je l’ai toujours imaginée puisque la couverture du livre en ma possession n’est autre que l’affiche du film dans lequel elle joue cette héroïne… Elle est toute en retenue, en passion contenue mais bien plus forte et courageuse que sa frêle constitution ne le laissait présager.

1996-mariage

 

 

 

 

Le film de Franco Zeffirelli devait avoir de la gueule lors de sa sortie. C’est vrai, les paysages sont super beaux. Les décors sont assez impressionnants et la maison de Rochester, légèrement lugubre sur les bords. Surtout les journées d’hiver. Haddon Hall, dans le Derbyshire est un site qui ne manque de toute façon pas de romantisme et c’est sans doute pourquoi la version de 2012 y a également été tournée.

Malgré mon goût pour cette version de Jane Eyre, je reconnais qu’il vieilli assez mal. Je reconnais aussi que les changements/raccourcis dans la seconde partie dénaturent un peu le roman. La fin du film arrive trop vite alors que dans le livre, il reste encore plein de péripéties !

jane-eyre-2011-02

Si la version de 1996 restera toujours celle qui fera battre mon petit cœur, j’ai également été très enthousiasmée par l’adaptation de Cary Fukunaga (voir photo ci-dessus). Sorti en 2012, ce film est porté par Mia Wasikowska (je n’aurais jamais cru qu’elle fasse une bonne Jane Eyre) et Michael Fassbender qui fait un Rochester beaucoup beaucoup beaucoup plus charismatique. Si je devais être honnête, je dirai même que cette version est meilleure (même si elle fait le choix de passer un peu vite sur l’enfance de Jane). J’en avais d’ailleurs parlé ici.

2 comments

    • Audrey says:

      Si jamais tu arrives à télécharger la version avec Charlotte, je veux bien que tu me la fasse passer (sur clef, sur un dvd gravé (j’en ai plein des vierges, je pourrais te le rendre ^^)) parce que je n’arrive pas à le choper sur le net et le dvd est dispo…mais à des prix vraiment pas sympas ! La dernière fois que j’ai vu ce film, c’était en plusieurs parties via youtube, c’est vraiment pas pratique ! 🙁

Laisser un commentaire

CommentLuv badge