Mes films cultes 1 : L’Auberge Espagnole

AubergeEspagnole_Martine
Sur Cellardoor, je suis toujours dans l’instant. Toujours en train d’écrire des critiques de ce que je viens de voir, de lire et je n’ai pas beaucoup de temps pour le reste. Voilà pourquoi j’ai créé la rubrique « Mes films cultes ». Cette rubrique, je ne m’en servirai qu’une fois par mois. Une fois par mois, je parlerai d’un de mes films préférés. C’est simple, non ?

auberge-espagnole-2002-06-gQuand je pense à mes films cultes, je pense à plein de titres mais jamais je ne parle de L’Auberge Espagnole. Et pourtant, j’adore ce film. Je l’ai vu des dizaines de fois depuis sa sortie. Et j’ai toujours envie de le voir, année après année. On peut dire qu’il est absolument culte pour moi.

 Sorti en juin 2002, il raconte l’histoire de Xavier, un mec de 25 ans qui part un an à Barcelone pour terminer ses études. Il doit quitter sa mère, ses amis et sa petite amie Martine et débarque dans une collocation. Chaque co-locataires est originaire d’un pays différent et leur réunion donne lieu à un gros bordel quotidien.

auberge-espagnole-2002-03-g

 

 

 

 

 

En 2002, j’étais encore au lycée et donc, bien loin de ce type de considérations étudiantes/professionnelles. De Cédric Klapisch, j’avais déjà vu l’excellent Un air de famille, Peut-être et bien sûr, Le Péril Jeune. Je crois qu’il s’est vraiment fait connaître du grand public avec L’Auberge Espagnole (bien qu’il n’était pas un petit nouveau à cette époque-là pour autant, on est d’accord).

Ce qui rend ce film si précieux, pour moi comme pour d’autres, c’est évidemment son super casting mais c’est aussi la joie de vivre qui en découle. C’est un film très humain, très coloré qui dégouline de jeunesse, d’insouciance et accessoirement, de soleil. C’est un film qui, malgré les années, est resté original dans sa construction, drôle et qui met invariablement de bonne humeur !

Certains critiques ont dit, à l’époque, c’était c’était un « film carte postale ». C’est vrai que les vues des sites touristiques les plus connus de la ville sont mis en valeur mais jamais évoqués de manière gratuite. Et puis cela participe activement au thème du film : Xavier débarque dans une ville inconnue qu’il va apprendre à connaître et cela passe aussi par les promenades urbaines. Voir Xavier déambuler dans les rues de Barcelone m’a d’ailleurs souvent fait rêver et quand, il a deux ans, j’ai enfin eu l’occasion de découvrir cette ville, j’ai forcément pensé au film !

10-feb-auberge-espagnole

Comme vous le savez, L’Auberge Espagnole a été suivie par Les Poupées Russes (2004) que j’avais vu avec plaisir mais sur lequel je n’avais pas forcément craqué. C’est d’ailleurs, à ce jour, celui que j’ai revu le moins souvent. Casse Tête Chinois (2013) m’a beaucoup plus convaincue. On y retrouve un peu le ton du premier et j’ai été agréablement surprise !

4 comments

  1. Zofia says:

    Ah L’auberge espagnole… c’est un bonheur dont je me lasse jamais ! j’adore retrouver Xavier (et pas seulement parce que c’est Romain qui l’incarne ^^) mais aussi toute cette joyeuse bande, cosmopolite, vivante, intelligente. Après c’est vrai qu’on voit pas mal de lieux touristiques mais on voit aussi pleins de petites rues moins fréquentés ou connues. Et même si c’est un film, il n’est pas noyé dans pleins de bons sentiments. Ce que j’ai pu le regarder à la fac… ça me donne envie tiens ! 😉
    Zofia Articles récents…Vu, Lu, EntenduMy Profile

  2. Lujena says:

    Aaaah l’Auberge espagnole… Ce genre de film qui te rappelle tout un contexte : avec qui tu es allée le voir, à quelle époque, ce que tu as fait en sortant… Un des films dont je connais presque chaque phrase 😛

Laisser un commentaire

CommentLuv badge