Les invités de mon père

Sortie : 31/03/2010

Note :2.5 /5

Lucien Paumelle, quatre-vingts ans et ancien médecin, a toujours été un homme de conviction. Impliqué dans de nombreuses causes humanitaires, il accueille régulièrement des clandestins chez lui. Mais cette fois, c’est à une jeune moldave, Tatiana, et à sa fille qu’il ouvre sa porte. Pour faciliter les choses et accélérer le processus, il se marie même avec elle. Ses deux enfants, Babette et Arnaud, intrigués par la situation puis totalement inquiets, voient d’un mauvais œil que Tatiana s’incruste de plus en plus dans la vie de leur père, lui prenant son argent, le coupant de sa famille. Mais Lucien s’en fout et ferme les yeux. Il est amoureux de Tatiana et est prêt à tout foutre en l’air pour avoir l’impression d’avoir retrouvé sa jeunesse et l’amour d’une femme.

Les invités de mon père est un film très cynique qui fait la peau à tous les bons sentiments. Les personnages du frère et de la sœur (Karin Viard et Fabrice Luchini, hyper crédibles, complices et proches, même dans leurs différences) sont particulièrement importants et mènent le film de bout en bout, se rapprochant, s’engueulant, se questionnant. Leurs craintes et leurs peurs sont un peu celles des spectateurs.

Infidélité, vieillesse, lassitude, rapports familiaux chaotiques, idéaux politiques, tout y passe. Les sans-papiers sont-ils forcément gentils ? Quitte à ne pas être politiquement correct, ce film prend également le contre-pied des gentilles idées selon lesquelles une personne aidée se doit d’être reconnaissante. Tatiana ne pense qu’à elle et à sa fille et va saigner son « mari » à blanc. De son côté, le vieux papy gauchiste à qui on aurait donné le bon dieu sans confession exige au passage de coucher avec elle, chose que sa fille aura bien du mal à croire, jusqu’à tomber sur des preuves irréfutables. Ben oui, quitte à prendre des risques avec la justice, autant que le risque soit blonde et bien roulée !

Bref, tout ce petit monde évolue dans un climat bien malsain et nous montre à quel point les rapports humains sont pervers, faussés. Quelques clichés, de-ci, de là. Quelques longueurs aussi. On note aussi une petite indécision au niveau du genre de registre, au final on ne sait pas si on a vu une comédie ou un drame. On apprécie cependant les dialogues, bien écrits, bien pensés, parfois percutants. Quant au dénouement… il est tout simplement archi décevant. En terminant en queue de poisson, Les invités de mon père nous laisse sur notre faim mais on s’en fout un peu finalement car on avait juste envie que cette histoire finisse par se terminer un jour…

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.