Les émotifs anonymes

Film français

Date de sortie :22/12/2010

Note : 3.5/5

Jean-René est patron d’une modeste fabrique de chocolat qui commence un peu à sombrer. La faillite est proche. Il ne connaît pas Angélique qui, elle, fait partie d’un groupe de parole, celui des émotifs anonymes. En effet, elle est très sensible, se laisse déborder par ses émotions et, dotée de très peu de confiance en elle, elle a peur de la vie. Autant vous dire que la vie quotidienne n’est pas toujours facile. Le jour où elle postule à la chocolaterie de Jean-René et qu’elle se retrouve devant cet homme qui en impose et qui parait limite austère, elle est bien loin d’imaginer que lui aussi est un grand émotif. Mais, contre toute attente, il l’embauche. Les deux personnages, liés par leur timidité maladive et par leur immense amour du chocolat vont peu à peu se rapprocher…enfin aussi vite que peuvent le faire deux personnes assez « handicapées » dès qu’il s’agit de relations humaines…

J’ai vraiment trouvé que ce film était frais, agréable et drôle sans jamais sombrer dans la grosse farce. Il s’agit d’un comique de situation qui, selon moi, repose en grande partie sur le vécu des personnes qui verront le film. Difficile de ne pas se sentir concernés. Toutes les situations embarrassantes, les rougissements, les blancs dans la conversation, l’angoisse de ne pas savoir quoi dire (Angélique a des fiches bristol plein son sac le jour de leur premier resto, juste pour être sure de ne pas manquer de sujets. Jean-René, quant à lui, est sous pression et transpire tellement qu’il va régulièrement se changer dans les toilettes où il a entreposé tout un stock de chemises similaires.),… sont autant de petites choses qui toucheront les timides de la vraie vie car ils se reconnaîtront. Amusant, également, de voir que le patron si redouté est en fait un petit animal fragile qui a plus peur de vous que vous de lui… Le fait que Jean-René et Angélique soient bien loin d’être des héros au courage et à la séduction surdimentionnés les rend absolument sympathiques. On les aime tout de suite. L’histoire d’amour qui les rassemble est également fantaisiste, drôle et pleine d’humour (car on imagine sans peine que ça va être compliqué).

C’est donc sa finesse qui le rend particulièrement touchant, plein de poésie et surtout juste. Les émotifs anonymes est bien évidemment porté par ses deux acteurs principaux, autrement dit Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde (couple que l’on avait déjà vu dans En ses mains, un très bon film également). La première est absolument géniale en femme un peu paumée, fragile mais consciente de ses troubles. Je ne parle même pas de Poelvoorde, drôle sans en faire des tonnes. Je l’aime dans ce genre de rôle, incarnant des personnages éloignés du monde plus extravagant et foufou où il évolue souvent.

Évidemment, les mauvaises langues trouveront qu’il y a un peu trop de bons sentiments, même que c’est niais mais ce serait vraiment ne pas avoir compris le ton du film. Il ne s’agit pas de faire une chronique réaliste d’une employée et de son patron. Il y a un côté fable. Un côté histoire pour enfants, même si ce n’est pas pour les enfants. Je pense notamment au stratagème de l’ermite, pas très crédible, c’est sûr, mais qui passe tellement bien si on décide de l’accepter pour ce qu’il est.  Du point de vue du scénario, ça tient la route, même si c’est parfois un peu simpliste. Le réalisateur utilise des ficelles un peu usées pour mettre tout ça en scène. Rien de bien original de ce point de vue-là, donc. De plus, j’ai envie de dire que le film, durant à peine 1h15, a bien raison d’être court car ce laps de temps suffit très bien à nous raconter cette histoire. Plus, ça aurait été trop.

Les émotifs anonymes est juste un petit film savoureux, léger et tendre. Cette comédie romantique qui n’en est pas une, ou qui du moins, traite le sujet sous un angle différent, nous injecte pas mal de bonne humeur au passage. On en sort avec le sourire alors le reste, on s’en fout et tant pis si ça déplait aux cyniques!

This entry was posted in A voir.

2 comments

    • petiteconne says:

      Franchement c’est pas non plus LE film de l’année mais il m’a bien plu, c’est une petite comédie parfois un peu kitsch, c’est vrai… on dirait que tout se passe dans un monde factice, un peu comme c’tait le cas dans Amélie Poulain (mais ils n’ont pas le même niveau pour autant).

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.