L’audiobook et moi

Avant, pour moi, les livres audio étaient réservés à deux catégories de personnes :

  • les non-voyants,
  • les papy et les mamies qui commençaient à y voir que dalle et qui voulaient arrêter d’user leurs vieilles rétines sur les pages.

Voilà. Oh et puis indirectement, les livres audio, c’était AUSSI pour les enfants !

480_tapeLà où tout a commencé ….

Le jour où Cendrillon s’est fait éviscérer

Née au milieu des années 80, j’ai bien connu ces petits trucs qui sont devenus carrément vintage ces derniers temps… les fameuses K7 audio ! Dans ma chambre, au milieu des vinyles de Rox et Rouky et des derniers tubes de Dorothée [ouais à 5 ans j’étais pas vraiment rock’n’roll], on pouvait trouver quelques livres audio. Du Disney, principalement. Je me souviens que j’avais La petite sirène mais aussi Cendrillon.

J’adorais Cendrillon. J’adorais cette cassette qui pouvait, à tout moment de la journée me raconter cette magnifique histoire.

Puis un jour, ma mère a invitée une amie à la maison et j’ai dû aller jouer avec l’enfant de cette dernière. Un garçon. Un garçon qui a… dévasté ma chambre de fond en comble. Je crois que je l’avais laissé faire malgré mes inquiétudes. Après tout, j’ai toujours été curieuse et je voulais savoir ce qui allait bien arriver après le vidage de mon armoire et l’arrachage de mes tiroirs à jouets.

L’étape suivante c’était tout simplement de tirer sur la bande de MA cassette audio de Cendrillon et de tout arracher ! Elle était foutue ! Éviscérée, ses longs boyaux gisant sur la moquette bleue, la k7 était morte de chez morte. J’ai donc couru chialer vers ma mère et tout le monde était bien embêté.

Fin de Cendrillon. Dépression. Fin des livres audio et fin de l’histoire… ou presque !

audiobooks2-300x253Entre ce drame d’une violence inouïe et aujourd’hui, il s’est passé… hum…. Beaucoup de temps.

Depuis quelques mois, je voyais souvent les blogueurs parler de livres audio, d’audiobook… et un nouveau monde s’est ouvert à moi. Ces gens n’étaient ni aveugles, ni vieux et encore moins des enfants et ils écoutaient des gens leur raconter des histoires. C’était fou !

Bien sûr, j’ai voulu essayer. Et j’ai essayé. A plusieurs reprises. De mon expérience, j’ai retiré quelques règles :

  • La qualité de l’enregistrement : c’est pas superflu !

Le livre audio s’emprunte en médiathèque [sans doute l’option la plus simple et la plus économique si le stock proposé est sympa] mais se télécharge également sur internet, illégalement ou légalement. En règle générale, mais je peux me tromper, un audiobook récent est aussi (voire plus) cher qu’un livre papier grand format. Mais opter pour une plateforme officielle permet de bénéficier d’un enregistrement clair et souvent, agréable (à moins que la voix du narrateur vous tape sur le système dès les premières minutes et croyez-moi, ça arrive !).

Sinon, on trouve également une grande variété de sites qui proposent de télécharger légalement ou d’écouter en ligne des livres, notamment (et principalement) des classiques. Là encore, c’est à chacun de voir : certains sites proposent des lecteurs très agréables comme : https://archive.org/details/AuFilDesLectures

Youtube vous propose également des livres audio mais gare aux grésillements, aux lecteurs qu’on entend qu’à moitié… ça rend fou et cela risque de vous dégoûter des livres audio !

Enfin, on trouve aussi des sites proposant des livres audio récents et piratés [non, c’est pas bien on est d’accord, mais ça existe].

  • Pour moi, le livre audio rime avec « être multi-tâches » ! Et toi ?

Il existe 1001 manières d’utiliser un livre audio. Certains se couchent dans leur canapé, d’autres écoutent dans le métro ou dans leur voiture… mais moi, je ne conçois le livre audio que comme une solution de secours. En somme, il représente une manière d’être multi-tâches.

Je ne vais pas vous apprendre qu’une journée ne fait que 24h et que parfois (souvent en fait) on ne lit pas autant qu’on voudrait. Un grand ménage, du bricolage, du temps passé en cuisine, prendre un bain (sans prendre le risque de noyer son livre) ou dernièrement, repeindre une pièce,… représentent pour moi autant d’occasions d’écouter un livre. Ainsi, j’avance dans mes tâches et je découvre une œuvre en même temps. J’adore ça !

  • La concentration : c’est pas en option !

Je n’osais pas me lancer dans les livres audio car j’avais peur de décrocher, tout simplement. Ce point est donc directement lié au point précédent. Comme je fais toujours quelque chose d’autre en écoutant mes livres audio, je suis tentée de laisser mon esprit s’envoler au gré de mes pensées ce qui représente évidemment un risque pour la compréhension de l’histoire…

Alors autant vous le dire : les audiobook demandent évidemment un minimum (voire beaucoup dans certains cas) d’attention. Ce n’est ni une émission de radio, ni un fond sonore qu’on zappe, c’est un LIVRE, un vrai. Il faut donc lui accorder votre temps et vos oreilles sinon au lieu de profiter d’un support intéressant, vous perdrez tout simplement votre temps mais cela vaut la peine d’essayer !

Malgré l’intérêt que je porte à ce support, je ne pourrais jamais ne consommer que des livres audio et pour cause : je m’en suis rendue compte dans mes études mais j’ai une mémoire visuelle et non une mémoire auditive. Souvent, si je veux me rappeler de quelque chose de précis, je dois le lire plusieurs fois avec attention, voire tout simplement l’écrire. Entendre quelque chose ne me suffit pas pour le retenir et si j’arrive parfaitement à suivre les histoires qu’on me raconte, l’audiobook ne me donne pas l’impression que pénétrer au cœur d’une histoire comme me permet la lecture classique. Comme si le livre audio mettait une petite distance entre l’histoire et mon petit cerveau.

6 comments

  1. Zofia says:

    Ton article est très intéressant car justement je me demandais un peu comment on appréhendait l’audiobook. Etant donné que je suis comme toi, plus visuelle qu’auditive, je pense que j’aurais du mal à retenir des éléments de l’histoire, il faudrait que j’essaye avec quelque chose de court et de léger.

    Moi aussi quand j’étais petit j’avais des K7 d’histoires mais c’était pas des Disney, c’était des contes que mon oncle m’achetait et il y avait aussi un livre papier avec des illustrations et l’histoire ! C’était des collections que tu trouves chez les marchands de journaux une fois par mois 🙂
    Zofia Articles récents…Marathon de l’Epouvante, suiviMy Profile

    • Audrey says:

      C’était le même principe que pour les Disney alors, je me souviens que j’avais également des petits livrets avec l’histoire et des dessins mais il n’y avait que la k7 qui m’intéressait ! ^^ Mais les contes c’est super aussi !

      Si tu veux des tester un livre audio, hésite pas à m’écrire, je pourrais te conseiller des sites !

        • Audrey says:

          Oui tout à fait !
          Un audio book demande de vraies qualités d’interprétation ! Je sais que les Harry Potter ont notamment été lus par Bernard Giraudeau. Par exemple.

  2. sanasan says:

    Mes filles ont toutes la collection de livre/disque de Marlène Jobert 😉 Elles s’en désintéressent totalement à présent mais je les garde en souvenir 🙂
    Samedi après midi j’étais en voiture (pas au volant) et j’ai vu passer ton article sans le lire. Commence alors une discussion sur le sujet avec ma moitié. Je lui dis que je n’en vois pas trop l’intérêt car comme toi, je pensais qu’ils étaient destiné à un « type » de personne. Et là il me fait la remarque judicieuse, qu’au lieu d’écouter Bourdin, ce serait plus sympa en voiture d’écouter un audio-book. C’est pas faux… mais j’ai encore quelques préjugés coriaces sur le sujet 🙂
    sanasan Articles récents…L’amant des hautes-mers d’Agathe KerlanMy Profile

    • Audrey says:

      J’avais aussi pas mal de préjugés sur les livres audio mais je crois que dans tous les domaines, essayer peut changer bien des choses ! 🙂 Pour moi, ça ne remplacera pas la « vraie » lecture mais à bien des occasions, c’est super agréable de pouvoir écouter un livre… Tu devrais tenter l’expérience !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.