Critique La meute

Film français

Date de sortie : 29/09/2009

Note : 2/5


Charlotte est une jeune femme qui a visiblement pris la route depuis un moment et qui ne souhaite pas s’arrêter de sitôt. Harcelée par une bande de motards, elle prend Max en stop pour ne pas être toute seule. Ils sympathisent et s’arrêtent un peu plus tard dans un routier plutôt glauque et tenu par une femme plutôt antipathique. Après une bagarre (les motards les ont retrouvés) Max part aux toilettes et n’en revient jamais. Charlotte revient sur les lieux de nuit pour en savoir un peu plus. Sans le savoir, elle est tombée dans le piège qu’on lui tendait.

Ce film est assez déconcertant. On croit voir un film français et l’on se trouve nez à nez avec un décor très américanisé. Très étrange, aussi, de voir Yolande Moreau (assez bonne dans son rôle de femme rustre et campagnarde), Emilie Dequenne (ni bonne ni mauvaise) et Benjamin Biolay (qui ne donne pas vraiment vie à son personnage) dans un film qui se veut être un film d’horreur, ce n’est pas vraiment leur style habituel. La première demi-heure est, malgré tout, pas trop mal. On se prend au jeu, on est intrigué et on se laisse charmer par les images et la photographie assez glauque et sale. Après, ça se corse.

On apprend assez vite que le personnage de Yolande Moreau est une femme sanguinaire et propriétaire d’une meute de créatures étranges qui sortent de terre quand on y verse du sang. Génial. On ne saura jamais pourquoi, ni comment ça a commencé. Bref, le scénario ne se foule pas. Emilie Dequenne fait évidemment partie des victimes, tenues à l’écart à la cave et sorties de leurs cages selon les besoins en sang.

Les retournements de situation ne sont pas cohérents, on ne comprend pas tout et on n’a pas peur une seconde. Voilà voilà, rien de plus  à ajouter.

La meute ne convint pas du tout. Le film fait à peine 1h20, ce qui est plutôt court, mais réussit l’exploit d’être ennuyant. Un gros ratage.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.