I spit on your grave

Film américain

Date de sortie : l’année de prod est 2010 mais aucune info sur la sortie ciné

Note : 3.5/5

Jennifer est une charmante écrivain. En mal d’inspiration, elle décide d’aller passer deux mois dans un trou perdu où elle a loué un joli chalet. Malheureusement, dès le second jour, elle se fait agresser et violer par une bande de bouseux du coin que sa présence émoustille au plus haut point. Ils abusent bien d’elle et la laissent pour morte. Pourtant, un mois plus tard, Jennifer réapparaît. Elle veut se venger et va tout faire pour arriver à ses fins.

Même si je ne le savais pas, I spit on your grave semble être la nouvelle version d’un film tourné les années soixante-dix. Ma foi, cela n’est pas non plus une info indispensable à connaître. Le fait est qu’en commençant ce film, j’avais peur de tomber sur quelque chose de mauvaise qualité, le genre de films un peu pourri, avec peu de moyens, qui tente de te faire peur mais qui n’arrive qu’à te faire rire… Et puis non. Même si je n’en entendu parlé nulle part, même si je ne connaissais aucun acteur j’ai trouvé ça pas mal.

Bien sûr, bien que n’étant pas le plus tordu et sale du genre, I spit on your grave n’est certainement pas un film pour les âmes sensibles. En effet, toutes les scènes, même les plus cruelles, y sont très réalistes. Je pense notamment à la très longue scène d’agression que subit la pauvre Jennifer. Ces humiliations et ce viol collectif restent des images très dérangeantes qui serrent quand même un peu la gorge…Je ne connaissais pas Sarah Butler (apparemment, elle joue dans les Experts, l’actrice principale, mais je l’ai trouvé très convaincante dans ce rôle pourtant très difficile.

Pour ce qui est de la partie du film consacrée à la vengeance, j’ai trouvé que les stratagèmes (très ingénieux, il faut le dire) mis en scène par Jennifer ressemblait à ceux que l’on peut voir dans les films Saw.  La punition est en adéquation avec le rôle qu’a joué le bourreau. Celui qui filmait se fait picorer les yeux par des oiseaux. Celui qui a tenté de la noyer se noie dans une baignoire pleine de soude,…et ainsi de suite. Malgré tout, on a tendance à perdre en crédibilité à partir de ce moment-là. Difficile en effet de croire qu’une femme seule et traumatisée (elle revient après un mois mais où était elle jusque-là ? Comment a-t-elle survécu ? Où a-t-elle trouvé les fringues qu’elle porte alors qu’elle était nue lors de sa disparition ? On ne nous l’explique pas et c’est une faute) a la force et le courage de faire des choses de ce genre. J’ai également trouvé la bande de rustres trop caricaturale. Ils ont été bercés trop près du mur, on l’a compris, mais comme on fait tout pour nous les présenter comme des enfoirés ultimes, on se demande soudain si de tels boulets peuvent exister. Des violeurs, ok. Des mecs bêtes, ok. Mais ils cumulent un peu trop de tares pour être crédibles, on veut les rendre hyper méchants…on l’a bien compris oui ! Le trait est trop forcé, surtout pour le shérif, le pire d’entre eux, sorte de Satan humain qui, comble du comble, vit avec sa petite fille blonde nommée Chastity et sa femme, enceinte jusqu’aux yeux.

I spit on yout grave n’est pas le film de l’année mais la réalisation y est soignée, l’actrice principale convaincante. On appréciera un rythme qui ne faiblit pas une seule seconde. Pas d’ennui possible.

This entry was posted in A voir.

2 comments

  1. zofia says:

    Pfiou tu as vu trop de nouveaux trucs ! et plusieurs que je ne connaissais absolument pas dont celui-ci. Tu es tombée dessus par hasard ? Il a l’air pas mal mais c’est vrai que c’est dommage s’il n’y a pas d’explication sur le milieu de l’histoire, surtout dans un tel cas, on aimerait bien savoir comment elle devient une tueuse elle-même…

  2. petiteconne says:

    Baaah pas tant que ça!
    D’autant plus que j’ai plus le temps d’en voir en ce moment, ni d’en faire la critique et le peu que je vois…attends dans mes brouillons! c’est le stress quoi! lol

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.