Crtitique Atomka, Franck Thilliez

atomka-franck-thilliez

Résumé

Lucie Henebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, Quai des Orfèvres, tentent de se remettre d’un drame qui a failli les séparer. Ils essaient de faire un enfant, en vain. Et à quelques jours de Noël, ce qui les attend est loin d’être l’annonce d’un heureux événement. À l’heure où tout le monde rentre se réchauffer, le froid, la mort et les souvenirs maudits guettent. Une affaire d’envergure démarre alors. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu’elle enquêtait sur un gros dossier dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier, détenue par un enfant errant, très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis par des coups de fil mystérieux à la police. Tandis que l’enquête s’accélère, Sharko est confronté à de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui, et semblant particulièrement lui en vouloir. Un duel secret et cruel s’engage alors, détruisant le flic à petit feu.

Mon avis

Comment vous dire ? Atomka n’est pas un mauvais Thilliez, il serait même meilleur que Rêver dans le sens où il semble plus similaire à ce que je connais déjà de l’auteur, mais… J’ai cru que je n’arriverai jamais au bout.

608 pages en version poche, c’est énorme.

C’est énorme et du coup, quand on lit le bouquin sur une « longue » période (plus en deux semaines qu’en deux jours à cause de lectures annexes), c’est compliqué de garder la foi.

Encore une fois, on sent et on sait que l’auteur s’est vraiment documenté pour écrire ce polar scientifique et les thèmes qu’il évoque ici sont passionnants. Ce n’est pas seulement une trame de fond paresseuse, l’auteur nous propose des données fouillées et soulève des points intéressants par le biais de son enquête (tout en restant très accessible). On passe de la France au Nouveau Mexique sans oublier la Russie pour traiter de la question du nucléaire, de la radioactivité, de la tragédie de Tchernobyl…

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé que l’auteur revienne sur ce drame et qu’il mette à nouveau en lumière des conséquences qu’elle a toujours sur les populations qui vivent à proximité, un truc qu’on a tendance à oublier nous, petits français qui vivons loin de cette fameuse zone interdite…

Il y a aussi une seconde enquête, plus perso cette fois, qui concerne le passé de Sharko et même si je n’ai pas lu les premiers tomes, j’en savais déjà assez pour comprendre de quoi il s’agissait donc je n’ai pas été perdue ce qui est aussi un point positif.

Par contre j’ai vraiment été ennuyée par tous les passages qui concernent Sharko et Hennebelle, leurs discussions de de couple, leurs problèmes pour avoir un enfant qui paraissent un peu dérisoires (oui 8 mois sans bébé c’est long mais c’est loin d’être exceptionnel…)… Pffff. Je sais que les auteurs de polars cherchent à faire vivre leurs personnages au delà de leurs enquêtes mais ce sont vraiment des passages auxquels j’ai du mal à accrocher maintenant d’autant plus que, si j’aime bien Lucie, je n’aime pas du tout Sharko mais ça, je l’avais déjà dit !

4 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge