Critique Les oiseaux, de Daphné du Maurier (dans le cadre du challenge Les filles de Mrs Bennet).

Ce mois-ci, je n’ai pas trouvé de livre en lien avec le thème souhaité (enfin si vous vous rappelez bien, j’en avais lu un qui convenait le mois dernier, m’étant trompée entre les deux consignes). Bref. J’ai donc opté pour le thème suivant :

« Un livre qui a été adapté: Au cinéma ou à la Télé. »

J’ai moi même vu le film Les oiseaux lorsque j’ai fait mes 2 ou 3 sessions Hitchcock en 2013.

9782210755703Quand j’ai acheté ce livre, je voulais avant tout lire la nouvelle Les oiseaux. Or, je n’ai pas fait attention que le livre, destiné aux scolaires, n’était pas l’intégrale du recueil ! Sale surprise, principalement due à ma bêtise de tête de linotte ! Du coup, j’ai seulement trois nouvelles à vous présenter. J’ai eu l’impression qu’elles étaient assez similaires en termes de longueur. Sans être très longues, elles sont quand même conséquentes (ne vous attendez donc pas à des nouvelles d’une dizaine de pages).

Les oiseaux

Forcément, c’était la nouvelle que j’avais envie de découvrir et comme c’était la 1ère et bien… j’ai commencé par elle, en toute logique. J’avais finalement peu de souvenirs du film mais j’ai tout particulièrement apprécié la nouvelle que j’ai trouvé très mystérieuse et tout à fait oppressante. Daphné du Maurier nous plonge dans le quotidien de Nat, un homme qui vit près de la mer avec sa femme et ses deux enfants.

La plume de l’auteure est sobre, efficace, elle va à l’essentiel et prouve là encore qu’il n’est pas utile d’en faire des tonnes quand on a du talent !

Le pommier

Ma nouvelle préférée sur les trois est Le pommier, une nouvelle qui nous parle d’un veuf « débarrassé » d’une femme toujours prompte à se plaindre et à…casser l’ambiance, si je puis dire. Tout se passait bien jusqu’au jour où l’homme remarque un vieux pommier au milieu de ses autres plantations. Un arbre maigre, maladif, courbé, là depuis longtemps mais… qui lui rappelle Midge, sa défunte femme. Depuis ce jour, notre homme fait une fixation sur ce dernier. Le pommier semble l’observer, l’accuser.

Vous allez me dire : comment peut-on s’intéresser à une nouvelle qui parle d’un pommier ? Comment peut-on être aussi bête pour croire qu’un défunt s’est comme « incarné » dans un arbre ? Comment cet homme peut-il devenir aussi obsédé par un simple végétal ?

Si vous lisiez la nouvelle, ces évidences ne vous sembleraient pas si évidentes, justement. Dans cette nouvelle, le réalisme et le fantastique cohabitent gentiment et de ce mélange naît une sorte de trouble, un sentiment assez inconfortable. Je vous jure que j’étais moi aussi horrifiée et hyper agacée par ce sacré pommier… Vraiment une lecture intéressante !

Une seconde d’éternité

C’est certainement la nouvelle avec laquelle que j’ai eu le plus de mal… pour la simple et bonne raison que je ne suis pas certaine d’avoir tout compris. On est là encore dans le fantastique. Ou pas. J’ai eu du mal à rentrer dans cette histoire et encore plus à l’analyser. Disons qu’elle raconte l’histoire d’une femme qui part faire une course, qui rentre chez elle et qui trouve des inconnus dans ce qu’elle pensait être sa maison. Folie ? Amnésie ?

Ce livre traînait dans ma PAL depuis décembre 2014 donc je suis bien contente de l’avoir ENFIN lu !

6/88

Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502

Lesfillesdemrsbennet

2 comments

    • Audrey says:

      Elles sont un bel exemple du talent de l’auteure 🙂
      Je ne suis pas spécialement fan de nouvelles en temps ordinaires mais celles ci sont assez longues pour être satisfaisantes !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge