Critique Zulu

Sortie : 4 décembre 2013

 

La bande annonce de Zulu m’avait intriguée et si je m’étais dit « il faudrait le voir », j’ai mis quelques temps avant de passer à l’action. Je ne me suis pas trop préoccupée des critiques mais j’ai cru comprendre que l’histoire était sombre à souhait et j’étais assez impatiente de voir ce que cela donnait. Pour tout vous dire, j’ai beaucoup apprécié ce film et je ne suis donc pas déçue.

Afrique du Sud. Année 2013. Les vieilles rancœurs et les histoires affreuses liées à l’apartheid sont encore vives au cœur des communautés. Brian et Ali sont policiers. L’un est blanc, l’autre noir et ils pourchassent ensemble l’auteur d’un meurtre atroce. Quelques jours plus tôt, une jeune femme a été retrouvée morte et l’enquête, allant de rebondissement en rebondissement, va venir bouleverser la vie de ces deux hommes, chacun étant poursuivi par sa propre histoire, ses propres démons.

Zulu est un thriller intense qui ne laisse pas de place à l’ennui. Dès les premières minutes, nous sommes embarqués dans la vie de ces hommes et jusqu’à la fin, nous ne connaitrons aucun répit. C’est efficace et pas bête grâce à une enquête qui tient magnifiquement la route. Est-ce original pour autant ? Pas vraiment finalement mais le décor et le pays au bord de l’implosion dans lesquels l’histoire se déroule lui donnent un certain intérêt.

L’autre intérêt du film, ce sont ses personnages principaux. Je ne suis pas forcément hyper fan de Forest Whitaker mais je l’ai beaucoup apprécié dans le rôle d’un Ali meurtri par le passé. Tout en nuances, il cache derrière une bonté (pourtant non feinte) une nature beaucoup plus sombre (cf la dernière scène). Quant à Orlando Bloom, c’est la bonne surprise du film. Il y a un bail que je ne l’avais pas vu sur grand écran (si on excepte le fait que je l’avais vu la veille dans la suite du Hobbit, bien entendu). Son personnage de flic est un brin caricatural : un peu rebelle, un peu alcoolo, il consomme les femmes comme des cigarettes mais reste malgré tout un brave gars et un bon flic à ses heures. L’acteur arrive malgré tout à lui donner une certaine épaisseur et une identité qui lui sont propres.

Si la mise en scène est dynamique et les scènes d’action, vraiment bien orchestrées, Zulu est également un film qui parle de l’Afrique du sud avec tous ses problèmes, passés ou présents. Ainsi, si la ségrégation n’est plus qu’un vague souvenir (enfin plus ou moins…), à présent les très riches s’opposent aux très pauvres dans un quotidien souvent cruel et sans pitié pour ces derniers.

Malgré tout, certains semblent considérer que le film exploite mal les différentes pistes de l’intrigue et que les problématiques liées à l’apartheid et tout ce qui en découle ne sont que survolées en définitive mais je n’ai pas ressenti cette superficialité ambiante. Mon avis est que Zulu n’est pas un film politique. Le contexte social et historique n’est là que pour donner une ambiance et une toile de fond. Pour une analyse plus poussée, faudra aller voir ailleurs.

Ce polar sud américain est donc vraiment une bonne surprise et apparemment, une bonne adaptation du roman de Caryl Ferey. Dommage que l’histoire soit un peu trop linéaire et finalement, un peu trop classique. Malgré tout, cela reste un divertissement intelligent, tout simplement. Notons qu’il y a quelques scènes violentes mais rien d’insurmontable pour les jeunes filles au cœur fragile qui pourront se consoler en matant le magnifique torse bronzé et musclé d’Orlando Bloom…

4 comments

  1. auroreinparis says:

    J’ai lu pas mal de choses sur ce film, pas de mauvaises choses d’ailleurs, dans l’ensemble. Mais depuis la première fois que j’ai vu la bande annonce, je n’ai pas vraiment envie de le voir. J’irai peut être, un peu par hasard, comme ça m’arrive souvent !

  2. Audrey says:

    Ma foi, si tu trouves ton bonheur ailleurs, tu peux t’en passer ! Des fois, il ne faut pas se forcer. Mais parfois, derrière une bande annonce qu’on trouve sans intérêt se cache un film intéressant, qui sait ? 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.