Critique Wind River

L’histoire

Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Mon avis

J’ai été attirée par ce film (sorti au mois d’août en salles) grâce à la présence d’Elisabeth Olsen (la petite sœur des jumelles) que j’aime beaucoup mais également parce qu’il s’agissait d’un polar… Et que j’adore ça ! Le fait que l’histoire se passe dans une réserve indienne était pour moi, un gros plus, car c’était un « détail » qui pouvait générer quelques thèmes supplémentaires (en plus de l’enquête en elle-même) assez intéressants. Au final, je n’ai pas été déçue, loin de là. Le film m’a apporté tout ce que je voulais : du mystère, de la tension, des grands espaces et des personnages vraiment attachants.

Est-ce qu’il brille par son originalité ? Par son sens de l’action ? Peut-être pas. L’histoire n’est pas d’une originalité folle. Le rythme a quelque chose de languissant et si l’histoire avance de manière régulière avec les rebondissements qui vont de pair, le rythme n’est pas surexcité. Si on voulait chipoter, on pourrait même dire que la résolution de l’enquête, avec son flash back instructif mais peut-être « collé » de manière artificielle au reste du film, est un peu bâclée. Je pense qu’on aurait pu accéder à la vérité de manière plus subtile, plus maligne.

 

Il n’empêche que j’ai vraiment passé un bon moment devant ce film et c’est assez rare pour que cela soit souligné avec un article ! Je vous avais dit que je vous parlerais de mes coups de cœur, je ne pouvais pas passer ce film sous silence !

Je ne suis pas très fan de Jeremy Renner mais j’ai trouvé qu’il faisait un très bon duo avec le personnage joué par Elisabeth Olsen. J’ai apprécié que leur relation soit saine et surtout, entièrement tournée vers la résolution de l’intrigue. Dès le départ, ils décident de collaborer pour résoudre l’affaire (elle travaille au FBI, lui a ses raisons pour l’aider) et il n’y a ni romantisme, ni paternalisme dans leurs échanges. Il ne joue pas au papa ou à l’homme fort, elle ose lui demander son aide sans passer pour une faible femme.

Plus qu’un simple polar, Wind River est un film plein de douleurs enfouies. Chaque personnage traine un passé plus ou moins compliqué et si le réalisateur semble avoir sciemment refusé de jouer la carte du pittoresque, les problématiques liées à la communauté amérindienne sont évoquées en filigrane. La précarité, l’isolement, les problèmes de drogue constituent un arrière plan assez édifiant et pourtant, jamais cliché (du moins, selon moi).

En quelques mots,

A mes yeux, Wind River est un film réussi. Certes, il a quelque chose d’assez classique mais il n’en reste pas moins efficace. C’est un bon polar hivernal comme je les aime avec un décor glacé très fort, des personnages qui retiennent l’attention et une histoire dure. Pour moi, ce sont des ingrédients qui font, par essence, une bonne histoire. Si on ajoute à ça des acteurs convaincants, on obtient un film qui aurait mérité plus de publicité.

7 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge