Critique Victorian Fantasy, tome 1 : Dentelle et Nécromancie, Georgia Caldera

victorian-fantasy-tome-1-dentelle-et-necromancie-466480-250-400Résumé

Dans ce premier tome, nous suivons Andraste. A 21 ans, elle est issue d’une longue lignée de sorcières mais a toujours été enfermée sous prétexte qu’elle souffre d’une grave allergie au soleil. En somme, elle a toujours été tenue à l’écart du monde et elle le vit de plus en plus mal. Le jour où la reine Victoria la convoque au Palais de Néo-Londonia, tout s’éclaire pour elle : elle va enfin pouvoir changer de vie ! Sauf qu’évidemment, les choses vont devenir de plus en plus compliquées pour elle. A peine arrivée, la première nuit, elle va se compromettre avec un inconnu qui se révèlera être Thadeus Blackmorgan, autrement dit son professeur de nécromancie et, accessoirement, l’ennemi  de sa famille.

Les dangers, venus de toutes parts, vont se multiplier et rendre son séjour à la cour légèrement mouvementé !

Mon avis

Si je l’ai trouvé un peu long dans le dernier tiers, j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce premier tome. Je cherchais une lecture très distrayante et elle l’a été !

J’ai aimé suivre Andraste, une jeune femme têtue, déterminée et plus que jamais en quête de liberté et d’indépendance. On a l’impression qu’elle a vécu sans trop se poser de questions jusqu’à ses 21 ans et qu’elle commence à peine à enquêter sur qui elle est vraiment. On ne peut donc pas dire que la curiosité soit un trait de caractère qui l’ait suivie depuis sa plus tendre enfance mais elle ne manque absolument pas d’intelligence et de hargne pour parvenir à ses fins !

Bien sûr, en face d’elle, nous avons Lord Thadeus Blackmorgan, un personnage charismatique. A la fois attirant et pas très très sympa, il va jouer au chat et à la souris avec notre chère Andraste. Bon, c’est un personnage très torturé (dans tous les sens du terme), un peu mufle, taciturne… mais beau gosse, évidemment. Impossible de ne pas éprouver un petit quelque chose pour lui…

Toute sa relation avec Andraste est enthousiasmante car elle permet de proposer de très belles scènes, dont des scènes érotiques qui sont d’ailleurs très bien écrites (généralement, je lève les yeux au ciel quand je lis les inepties érotiques des auteurs mais là, j’ai trouvé que l’auteur les gérait très bien). Le seul souci, et cela n’engage que moi, c’est que ce jeu de je t’aime moi non plus s’étire sur trop de pages. J’avais envie de leur demander d’arrêter les frais et de s’aimer pour de bon. Ou alors de se laisser tranquille une bonne fois pour toutes. A la longue, les échanges de piques m’ont lassée mais je sais que certaines apprécient tout particulièrement ce genre d’échanges… Question de goût ! 🙂

Concernant tout  l’univers de Néo-Britannia et sa capitale Néo-Londonia, j’ai trouvé le tout satisfaisant, intéressant et suffisamment bien décrit pour permettre une immersion totale . J’ai bien aimé les allusions aux animécaniques (des créatures mi-métal, mi-animal) mais j’aurais aimé qu’il y ait finalement une plus grosse dose de steampunk !

….mais je m’arrête là, de peur de trop en dire sur l’intrigue !

Sachez en tous cas que l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la toute dernière page. J’ai forcément envie de lire le tome 2 pour obtenir toutes les réponses aux questions que je me pose !

2 comments

    • Audrey says:

      J’ai fortement pensé à toi en lisant leurs échanges ^^ Je me suis dit que c’était totalement le genre de relation auxquelles on accroche pas…

      Là, on va dire que les personnages sont très maladroits, enfin surtout Thadeus. Je pense qu’Andraste n’aurait pas les mêmes réactions face à un homme « normal ». Bref, son caractère bizarre entretient cette relation ambivalente mais bon, pour moi c’était juste un peu trop développé.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge