Critique Victoria, Daisy Goodwin

Daisy Goodwin est une écrivain et productrice de télévision britannique. J’ai deux de ses romans en ebook, publiés eux aussi chez Milady, mais je n’avais pas encore pris le temps de m’y plonger. Lundi dernier, j’ai fait un crochet en librairie pour m’acheter Victoria parce qu’en fait, je n’avais pas réalisé qu’il était sorti depuis octobre ! (Je ne l’ai vu passer sur aucun blog !).

Vous connaissez la série Victoria ? Et bien c’est Daisy Goodwin qui en a écrit le scénario. Je ne me souviens plus exactement où s’arrête la première saison mais ce roman reprend grosso modo le contenu de ces premiers épisodes (je n’ai, pour ma part, pas encore vu la seconde saison).

De quoi ça parle ?

Alors qu’elle vient tout juste d’avoir dix-huit ans, Alexandrina Victoria devient reine de Grande-Bretagne et d’Irlande. Dès lors, la jeune souveraine surprend tout le monde : elle abandonne son prénom détesté pour adopter celui de Victoria, insiste pour avoir ses propres appartements et est déterminée à rencontrer ses ministres seul à seul. L’un d’entre eux, Lord Melbourne, devient très vite son secrétaire particulier. Il aurait peut-être pu devenir davantage… si tout le monde n’avait pas soutenu que la reine devait épouser son cousin, le taciturne prince Albert. Mais ce que Victoria ignore encore c’est qu’en amour comme en politique, il ne faut pas se fier aux apparences.

Mon avis

Je ne vais pas tourner 150 ans autour du pot, les enfants !

Vous devez lire Victoria si :

  • vous êtes fan de la série,
  • ou si vous aimez les romans historiques mais divertissants (pas les livres d’Histoire, donc),
  • ou si vous aimez tant la reine Victoria qu’il vous semble INDISPENSABLE de lire tous les ouvrages qui la concernent, de près ou de loin.

Vous ne devez pas lire Victoria si :

  • la série vous a ennuyé car le scénario et le roman sont très similaires de par leur construction et leur approche du « personnageé de Victoria (ce qui est logique, vous en conviendrez),
  • ou si vous recherchez un roman très précis et très rigoureux sur le début du règne de Victoria,
  • ou si vous cherchez une romance pure et dure.

Rentrons dans le vif du sujet …

Le roman de Daisy Goodwin n’est pas sorti de nulle part : il a été écrit à partir des lettres mais également des journaux intimes de la reine. À quel niveau l’histoire est-elle romancée ? Je ne peux vous le dire. Tout ce que je peux souligner, c’est qu’il s’agit d’un roman de l’intime qui pourra décevoir les lectrices à la recherche d’un roman au contenu historique plus poussé. Je ne dis pas que l’auteure ne connait pas son sujet ou qu’elle ne s’est pas documentée mais la Victoria que nous suivons n’est pas celle que le peuple voyait ou celle qui nous est montrée à travers les documents historiques. Nous suivons Victoria au début de son règne et si la reine et la femme ne font évidemment qu’une, Daisy Goodwin s’intéresse plus sa personnalité privée qu’à sa personnalité publique avec tout ce que cela sous entend. Ses traumatismes issus de l’enfance, ses rapports avec sa mère, sa tendresse pour sa gouvernante et sa relation ambiguë avec son cher Lord M sont donc au cœur du récit. Et croyez-moi, cela suffit amplement pour en faire une lecture agréable !

Mais ce n’est pas tout !

L’affaire Flora Hastings, le soulèvement des chartistes de Newport, le couronnement, la constitution du Parlement, la réalité sociale de l’époque avec l’évocation du peuple londonien sont également de la partie et placent le roman dans un contexte historique qui m’est cher. Parfois, ces évocations de la vie politique et sociale m’ont parues un peu artificielles, un sentiment renforcé par l’impression que la reine ne faisait que voir les conflits/événements de très loin…

Et les affaires de cœur, dans tout ça ?

On pourrait croire le contraire mais Victoria n’est absolument pas une romance ! Certes, si vous avez vu la série, vous savez à quel point sa relation avec Melbourne prend de la place (c’est la même chose dans le roman) mais on ne peut pas vraiment parler de roman d’amour pour autant, tant ils sont dans la retenue. Albert, quant à lui, n’arrive qu’au cours des 150 dernières pages : autant vous dire que son cas est vite traité (j’avais hâte de le voir débarquer avec son frère et je n’ai pas été déçue).

En quelques mots,

Victoria a des airs de pavés mais le roman est imprimé assez gros et le style de l’auteure, très fluide, en fait un roman qui se dévore sans mal. J’ai vraiment apprécié cette lecture, même si elle ne m’a rien appris de spécial sur le reine. C’était divertissant et romanesque ! Si c’est votre genre de prédilection, vous passerez forcément un bon moment entre ses pages !

 

16 comments

  1. Suzy Bess says:

    Oh comme tu me donnes envie de le lire ! Je le rajoute à ma liste d’envies. ^^ Je n’ai pas vu la série (pour le moment…) et je me demande s’il vaut mieux y jeter un oeil avant de lire le roman ou si tu penses que le lire sans avoir vu d’épisodes peut être aussi intéressant ? J’ai bien envie de me laisser tenter par la lecture avant le visionnage.

    • Audrey says:

      Ohlala c’est dur de te dire 🙂

      Cela dépend aussi beaucoup de toi et de tes préférences ! Moi je sais que je n’ai aucun mal à voir un film ou une série puis à lire les livres dont ils sont adaptés dans un second temps.Je sais que pour d’autres, c’est impératif de lire le livre AVANT de voir quoi que ce soit.

      Mais si je devais te conseiller quelque chose, dans ce cas là, je crois qu’en effet, il serait peut-être mieux de lire le roman AVANT. Découvre l’histoire avec le roman et puis profite du spectacle et des merveilleux acteurs qui incarnent les personnages, dans un second temps 🙂

  2. zofia says:

    Pour l’instant, je suis dans la série The Crown donc je vais attendre un peu avant de lire ou voir une autre oeuvre sur une autre reine 😉
    Même si sa vie doit être aussi super intéressante, j’avais vu le film Victoria que tu m’avais passé, ces personnalités sont vraiment fascinantes…
    zofia Articles récents…Bilan 2017My Profile

  3. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Ne connaissant pas (très) bien la reine Victoria, je préférerais d’abord lire un livre peut-être un peu plus précis, une biographie par exemple, afin d’en apprendre suffisamment sur elle, histoire de pouvoir ensuite démêler le vrai du faux. Je n’ai rien contre les romans historiques un peu romancés, bien au contraire, mais j’aime bien pouvoir démêler le vrai du faux. 😉 Donc je retiens ce roman (peut-être le lirais-je un jour) mais APRES une biographie plus exhaustive. 😉 En tous cas, j’adore la couverture, elle est très belle.
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…On va s’aimer un peu, beaucoup… (série télévisée)My Profile

    • Audrey says:

      Je ne pense pas qu’il y ait de grosses c****** sur Victoria, juste des petits arrangements avec l’histoire pour en faire quelque chose de plus romanesque. Par exemple, tout le monde sait qu’elle a épousé Albert par amour mais qu’avant, elle a eu un favori. Melbourne a été un conseiller politique avisé et il est fort possible que leur estime mutuelle leur ait permis de développer une relation particulière… Dans la série comme dans le livre, ils sont clairement amoureux l’un de l’autre ou du moins, l’attirance est extrêmement forte. Je suis loin d’être une pro mais je crois que leurs vraies relations étaient plus filiales qu’amoureuses 🙂 Tu vois, c’est ce genre de petites choses qui peuvent agacer ceux et celles qui recherchent quelque chose de plus « sérieux ».

      • A-Little-Bit-Dramatic says:

        Oui, je vois et comprends très bien ce que tu veux dire. Cela ne veut pas dire pour autant que tout le livre est à jeter et je me garderais bien de penser une telle chose, ne connaissant rien du roman ni même de l’auteure. L’imaginaire a parfois tendance à prendre le pas sur le réel, c’est vrai. 😉 Tant que ça reste vraisemblable… L’existence de la reine Victoria est émaillée d’une grande et belle histoire d’amour : celle qui l’a unie à son mari, le prince Albert. Cette histoire est forte et passionnelle…pour moi, elle dépasse clairement tout ce qu’on peut écrire ! ! 😉 C’est une magnifique histoire, parce qu’elle est vraie. Donc, effectivement, je serais peut-être un peu dubitative devant une autre relation… 😉 Bref…que dire ? Malgré tout, ce roman me rend curieuse alors pourquoi pas, mais pas tout de suite quoi qu’il en soit. 😉
        A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Louis XIII ; Jean-Christian PetitfilsMy Profile

        • Audrey says:

          Ne t’inquiète pas, j’avais parfaitement compris que tu ne critiquais pas ce roman 🙂 Je voulais juste souligner le plus « gros » point qui aurait pu te faire tiquer. Cela étant dit, la relation Lord M + Victoria est vraiment bien faite, touchante et l’auteure n’en fait jamais trop. Ce sont des sentiments à peine esquissés, rien à voir alors la folie albertienne 🙂

    • Audrey says:

      En fait, la saison 2 est sortie à un moment compliqué pour moi. Rien de grave du tout hein mais j’étais un peu préoccupée par plein de choses… La regarder m’aurait détendu et en même temps, je n’aurai pas été capable d’y consacrer 100 % de mon esprit. J’ai envie d’attendre LE bon moment pour me mettre devant, pour en profiter à fond, tu vois ? 🙂

  4. Après l'averse says:

    Ca me donne envie de regarder la série, dont je n’avais pas connaissance. J’ai commencé the crown récemment et j’aime beaucoup. Et pour Victoria en elle-même, j’avais lu il y a quelques années une de ses biographies (chez Perrin, mais impossible de me souvenir de l’auteur). Je m’attendais à une femme fadasse et concon, j’avais tort sur toute la ligne.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge