Critique Vertige, Franck Thilliez

Résumé éditeur

Un homme se réveille au fond d’un gouffre, au cœur d’un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune.Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres.Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s’imposera, impérieuse : jusqu’où faut-il aller pour survivre ?

Mon avis

Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu un petit Franck Thilliez et j’ai retrouvé cet auteur avec d’autant plus de plaisir que ce roman, assez court, m’a semblé aussi intense que prenant. J’aime bien les one-shot de l’auteur et Vertige n’a pas fait exception à la règle : j’ai passé un excellent moment malgré un petit air de déjà vu. Il faut dire que l’idée de base (voir le résumé), ce huis-clos, n’a rien de bien original, surtout quand, comme moi, on se gave de films d’horreur. Forcément, les références affluent et je me suis demandée ce que j’allais pouvoir y trouver de consistant.

Mais évidemment,  l’auteur s’accapare parfaitement le genre et y met sa patte si bien que j’ai vite oublié cette impression d’être en terrain connu pour me concentrer sur les personnages, leur cheminement, leurs relations et évidemment, sur le mystère qui les entoure. Chacun de ces hommes débarque avec ses mystères, ses contradictions et parait tantôt sympathique, tantôt tout bonnement antipathique. Au final, on ne sait plus trop qui est gentil, qui est méchant et surtout, on ne parvient plus du tout à comprendre le pourquoi du comment (autrement dit : la raison pour laquelle ils se retrouvent tous dans ce gouffre).

Le moins qu’on puisse dire, c’est que, comme toujours, Frank Thilliez distille parfaitement l’angoisse, passant de scènes presque insignifiantes (le quotidien compliqué de trois hommes captifs) avec des scènes d’horreur pure (mention spéciale aux chaussettes). Le roman n’est peut-être pas le meilleur de tous, ni le plus inoubliable mais il fait parfaitement son job, nous oppresse, nous fait monter en pression et nous glace, littéralement.

6 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge