Critique Un été à Osage County

Sortie : 26 février 2014

 Quand j’ai vu la bande annonce d’Un été à Osage County, je n’étais pas forcément partante pour aller le voir. Je l’ai boudé en salles mais le destin nous a finalement réuni : il faisait partie des films proposés dans l’avion et quitte à être coincée en l’air, autant occuper son temps à le regarder. Donc je me suis lancée dans cette histoire familiale un brin… anarchique.

Le père des trois filles Weston a disparu subitement. Alors qu’elles ne s’étaient pas vues depuis un bon bout de temps, elles débarquent donc dans la maison familiale afin de soutenir leur mère un brin paranoïaque, lunatique et accro aux médicaments. Alors que tout semblait aller pour le mieux, les vieilles rancunes et les secrets bien gardés vont éclater en l’espace de quelques jours, mettant à mal ce fragile équilibre.

Un été à Osage County m’a avant tout marqué par son casting : Meryl Streep (magistrale, comme toujours), Julia Roberts (il y avait longtemps que je ne l’avais pas appréciée dans un film), Chris Cooper et ma chouchoute Juliette Lewis que je n’avais pas vue au ciné depuis longtemps. En plus des acteurs, il y a l’ambiance. Une ambiance surchauffée, sous un soleil écrasant qui rappelle certains grands classiques de la littérature américaine (on peut sans mal creuser du côté de Tennessee Williams). Une maison en pleine campagne, loin des grandes villes et où le temps semble s’être arrêté.

Et puis il y a Violet, la mère totalement timbrée et pas forcément hyper sympa avec ses filles et leurs conjoints. Remarques acerbes et critiques à peine voilées rythment les repas familiaux qui tournent souvent au drame. Les rapports entre les personnages donnent naissance à des scènes parfois cocasses, parfois lourdes en émotions. Les dialogues sont souvent caustiques et prêtent à sourire grâce à leurs jeux de mots. Le tout sonne très juste. On comprend vite qu’un été à Osage County ne suffira pas à resserrer les liens et à réunir durablement une famille qui est finalement incapable de se supporter.

Un été à Osage County est donc un film qui m’a apporté une certaine satisfaction. J’ai peut-être trouvé qu’il avait quelques longueurs à un moment donné mais la dernière demie heure, riche en rebondissements, a redonné du rythme à l’histoire.

3 comments

  1. Zofia says:

    Je l’ai vu au ciné et j’avoue avoir assez apprécié cette séance 🙂
    Évidemment ça m’a rappelé Festen ou Another happy day, des films où les familles se déchirent et déterent des secrets mais celui-là m’a à la fois marqué par son casting (j’étais contente de retrouver Julia Roberts) et par la souffrance incroyable que ressentent tous les personnages
    Zofia Articles récents…Dans l’ombre de MaryMy Profile

  2. Audrey says:

    Oui ça rappelle forcément des films sur les familles qui s’entredéchirent ! C’est un bon film, c’est certain, pas forcément un coup de cœur pour autant mais il aurait été dommage de le louper.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.