Critique The Revolution of Ivy, Amy Engel

the-book-of-ivy,-tome-2---the-revolution-of-ivy-683667-250-400L’histoire – résumé éditeur

Condamnée à l’exil pour ses crimes, Ivy se retrouve seule au-delà de la barrière qui protège les siens d’un monde hostile, dévasté par l’arme atomique. Trahie par sa famille, abandonnée par Bishop, elle doit quitter Westfall et s’enfonce dans la nature sauvage.

Mon avis

Si le premier tome avait retenu mon attention, il n’en a pas été de même pour le second que j’ai trouvé vraiment long et ennuyeux. Mon avis personnel va donc à l’encontre de bien des critiques qui ont encensé cette suite.

Au début du roman, on retrouve exactement Ivy là où on l’a laissée à la fin du premier volume : de l’autre côté de la barrière. Devenue une paria, elle va devoir apprendre à vivre au cœur d’une nature sauvage et hostile. Et quand elle ne souffre pas de la faim, elle doit affronter des coyotes… voire même des humains, eux aussi prêts à tout pour survivre. Cela promettait BEAUCOUP mais en fait, Amy Engel fait un gros flop.

Oui parce que voilà, dans le premier tiers du roman, Ivy est seule dans la nature, elle essaie de s’en sortir et les lecteurs ont droit à de lonnnnngues descriptions pas toujours passionnantes. Un peu comme si l’intrigue avait commencé… mais en fait, pas vraiment. Je n’ai donc éprouvé que guère d’intérêt pour cette partie de l’histoire. Je ne vous cache pas que, par la suite, notre héroïne va s’intégrer à une nouvelle communauté ce qui veut dire, nouveaux personnages. Mais là encore, il y a des longueurs, l’histoire traînasse, semble convenue et surtout, ne m’a surprise en rien.  Personnellement, savoir comment Ivy apprend à chasser, à dépecer des lapins en 10 secondes chrono ou à faire la lessive à la rivière, je m’en fous.

On ne peut pas reprocher à l’auteur de ne pas avoir su renouveler son histoire car ce tome 2 n’est absolument pas une redite du premier.Néanmoins tous les enjeux et toutes les problématiques qui ont été introduites dans la première partie semblent réduite à… pas grand chose au final. Le roman m’a paru très paresseux et l’action, qui n’intervient que dans les 50 dernières pages (environ) se fait bien trop attendre.

En bref,

Amy Engel, vu son succès, n’a pas besoin que la petite Audrey de Cellardoor vienne lui lancer des fleurs. Suis-je trop vieille pour apprécier ce livre ? Ai-je l’habitude de lire des ouvrages de meilleure qualité ? Ai-je laissé passer trop de temps entre ma lecture du 1er et du second tome ? Aucune idée. Le fait est qu’après avoir été intéressée par les aventures d’Ivy, j’ai eu bien du mal à replonger dans cet univers. Je comprends parfaitement que certains lecteurs ait pu passer un bon moment car après tout, les aventures d’Ivy ont un côté très cinématographique (une adaptation pourrait être sympa) et permettent de se déconnecter un peu de notre réalité. Mais pour ma part, il n’y a pas grand chose à retirer de cette fameuse révolution d’Ivy…

Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502

24/91

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge perso « Je vide ma PAL »

6 comments

    • Audrey says:

      Globalement, les lecteurs ont été satisfaits par ce livre… Je me devais d’y mettre un bémol ! C’était ma mission ! 😀
      Bon, je plaisante hein, je me doute bien que je ne suis pas la seule à ne pas vraiment avoir apprécié l’expérience mais en lisant cette suite, je me suis souvent demandée si son succès n’était pas, quelque part, immérité. Des fois, ça me dépasse un peu quand même. Mais je crois qu’on a tous eu ce genre de réflexion avec un bouquin ou un autre ! On passe parfois à côté d’une histoire.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge