Critique The call

Sortie : 29 mai 2013

 

Les possibilités de sorties ciné n’étaient pas très grandes cette semaine du moins, dans ma ville et dans mon cinéma habituel. Entre les films que j’avais déjà vu et ceux que je ne voulais absolument pas voir (comme Very bad trip 3 ou Un grand mariage), il ne restait plus grand-chose. J’ai donc décidé de tenter The call dont je n’avais pas entendu grand-chose, si ce n’est qu’il comptait Halle Berry au casting.

Alors, de quoi ça parle ?

The call raconte l’histoire de Jordan, une opératrice bossant au 911 : en gros, elle fait partie des personnes à qui l’on peut parler lorsque l’on contacte les urgences. Les accidents, les meurtres, la violence… Jordan en entend tous les jours au téléphone. Six mois après un appel particulièrement difficile où elle a perdu pied, Jordan a l’occasion de reprendre ses fonctions : une adolescente a été kidnappée et appelle depuis le coffre de la voiture de son ravisseur.

Et qu’est ce que ça vaut ?

Et bien, c’est difficile à dire. Si l’aspect thriller du film est intéressant et bien mis en scène, les à côté m’ont semblé un brin ridicules et surtout, prévisibles.

Dès le début du film, on comprend que Jordan va vivre un traumatisme professionnel et personnel : après avoir roucoulé avec son mec lors d’une pause café, elle revient bosser et, complètement concentrée, fera une erreur grossière. Six mois plus tard, elle est devenue formatrice et s’occupe des nouvelles recrues. Elle se la pète, elle est pleine de belles phrases toute faites mais tremblotte à l’idée de reprendre un appel. La jeune Casey va lui donner l’occasion de :

1/ replonger dans le métier qu’elle aimait tant

2/ régler une affaire qui la taraude depuis plusieurs mois

3/ dépasser ses peurs

Cela étant dit, je n’entrerai pas plus dans les détails car qui dit thriller, dit suspens et si je vous raconte qui est le méchant, ça ne serait pas cool de ma part…

Si j’ai apprécié toute la longue scène qui se passe dans la voiture, j’ai trouvé la 3ème partie du film longue à mourir et pleine de clichés. Les personnages secondaires ne servent strictement à rien et si tu lis entre les lignes, tu trouveras le discours que je déteste dans certains films américains : le message subliminal patriotique. Au secours quoi !

The call n’est pas le film de l’année, c’est 100% américain, parfois un peu trop surjoué, plein d’invraisemblances et trop prévisible mais ça se regarde. Idéal pour un dimanche après-midi.

3 comments

    • petiteconne says:

      C’est un divertissement. De là à dire qu’il est bon, je ne pense pas. Mais j’ai lu des critiques bien plus positives que la mienne! J’ai tiqué sur plein de détails et plein d’attitudes. Du coup ça m’a empêché de vraiment adhérer à l’ensemble.

Répondre à petiteconne Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.