Critique The Bay

Sortie : 19 juin 2013

Malgré un intérêt certain, je n’ai pas eu le temps de voir ce film à l’époque de sa sortie. Il avait tout pour m’intéresser car ces histoires de contamination massive qui tourne au cauchemar ont un côté très réaliste qui me fait facilement frissonner.

The Bay est un faux documentaire horrifique qui raconte comment une bactérie non identifiée a contaminé la baie du Maryland. C’est la panique générale : pustules, vomissements, les gens sont comme dévorés de l’intérieur et tombent comme des mouches tandis que les médecins ne comprennent évidemment rien… Au milieu de tout ce bazar, une jeune journaliste tente de couvrir les faits comme elle peut.

The Bay n’est évidemment pas un film pour les jeunes enfants car certaines images sont un peu dégueu mais à mes yeux, il ne s’agit pas d’un vrai film d’horreur au sens habituel du terme. Il semble en effet plus proche de la science fiction. Il peut donc être vu par tous, même par ceux qui ne supportent pas les films d’horreur.

Tout au long du film, on suit les pas d’un personnage principal ayant été directement confronté à cette contamination générale. En effet, c’est une jeune journaliste qui témoigne après coup : elle a survécu à l’horreur et possède des images qu’elle souhaite diffuser au plus grand nombre afin de témoigner de ce triste évènement. Ce sont donc des sortes d’images amateurs qui nous sont données, tournées caméra au poing avec un rendu classique : images qui tressautent un peu, coupures, retours à l’image, mouvements de caméra incontrôlés… Cela n’a rien de bien nouveau mais le tout aurait pu fonctionner…

Le souci c’est que ce point de vue principal est parasité par d’autres personnages qui entrent en scène de manière régulière. Ces derniers ont évidemment leurs propres images de l’évènement. Ces différents procédés narratifs cassent véritablement le rythme du film qui m’a beaucoup moins captivée que prévu. J’avoue : j’ai complètement décroché et ai regardé la dernière demi-heure sans beaucoup de passion… C’est comme si les choses trainaient en longueur, comme si l’explication scientifique/écologique ne m’avait pas semblé assez intéressante pour que je garde un bon souvenir de l’ensemble. J’ai juste trouvé que le tout trainait en longueur.

Pourtant, les choses avaient bien commencé car The Bay est vraiment un film immersif. Grâce à de nombreux artifices, on est immédiatement plongé dans cette panique générale et on plisse les yeux de dégoûts devant les premiers effets de cette contamination. Pourquoi ? Quels sont ces parasites ? Je n’en dirais pas plus mais sachez que la tension est palpable dès les premières minutes. Le tout semble si réel, si POSSIBLE qu’on a peine à croire que ces images sont fictives.

En bref, la première moitié du film est une vraie réussite car tout est fait pour te faire croire à cette contamination. Les images très crues des différents symptômes repoussent mais en même temps, nous poussent à plonger plus loin dans le film afin de saisir le pourquoi du comment. Malheureusement, The Bay s’est essoufflé assez vite (du moins à mes yeux) et j’ai trouvé que la fin mettait du temps à arriver.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.