Critique Take Shelter

Sortie : 04/01/2012

Note : 3.5/5

Le résumé : Il y a encore peu de temps, tout allait bien pour Curtis LaForche. Il vivait une vie banale, entouré par sa femme et par leur petite fille, adorable mais malheureusement sourde. Depuis quelques jours, la menace d’une tornade, symbole d’une fin du monde probable, l’obsède jour et nuit. Il décide d’agrandir et d’aménager l’abri qui se trouve dans son jardin. Critiqué par ses voisins, sa famille et incompris par sa femme, il semble osciller entre extrême lucidité et folie.

Ce que j’ai aimé : Take Shelter est un film troublant que j’aurais beaucoup de mal à ranger dans une catégorie particulière. Cette tragédie à ciel ouvert met la famille, mais surtout le besoin de la protéger de l’apocalypse qui se dessine, au centre d’une histoire intense dans laquelle on se plonge instantanément. Au centre de l’histoire, Curtis, un homme on ne peut plus banal mais qui semble pourtant en décalage avec le reste du monde. Quand les autres n’entendent ou ne voient rien, lui entend le tonnerre, voit dans les nuages le signe d’une fin du monde prochaine et quand il gaspille l’argent du ménage pour agrandir l’abri anti tornades qui se trouve au fond du jardin, c’est avec sa femme que les choses se compliquent. Hallucinations, réalité ? Et si les deux étaient finalement compatibles ? Conscient de sa folie, conscient de perdre les pédales, Curtis est en plein débat avec lui-même, un autre point qui donne tout son intérêt à l’histoire. Tout au long du film, on ne saura que penser, ni comment juger.

Ce que je n’ai pas aimé : Pas grand-chose à redire, si ce n’est que le film est peut-être un peu trop long et un peu trop lent. Si on suit les pérégrinations de Curtis avant intérêt, au bout d’une moment, on a envie d’un peu d’action et que les choses, quelle que soit leur tournure, avancent vraiment. Mais les images sont belles alors on se laisse bercer par le paysage.

En bref : Take Shelter est un film très intéressant qui nous plonge dans la tête d’un homme rongé par la terreur. L’ambiance du film, l’atmosphère inquiétante et les rapports du protagoniste avec le reste de ses congénères sont troublants. Dans le genre « fin du monde stylisée », j’avais quand même préféré Melancholia, beaucoup plus oppressant à mes yeux.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.