Critique Le syndrome E, Franck Thilliez

51e37dALGmL._SX303_BO1,204,203,200_Résumé

Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle…
Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles.
Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié…
Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie.
Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier.

Mon avis

Quelques mots pour parler d’un polar que j’ai trouvé efficace, intelligent, bien mené et agréablement compliqué. Non, pas compliqué. Je veux plutôt dire dense, réfléchi, travaillé, plein de subtilités. Crédible. Bien foutu. Sans temps morts. Un bon polar scientifique comme l’auteur sait le faire, quoi !

Bien sûr, moi qui ait lu des tomes plus récents, j’ai été assez amusée d’assister à la rencontre entre Lucie et Sharko ! C’est marrant, quand on connait la suite, d’assister aux débuts et de voir ces personnages, ce couple, sous un nouvel angle. Dans ce tome, Lucie a même encore ses jumelles !

J’aime toujours le personnage de Lucie Henebelle (il faudrait que je lise les tomes où elle est seule) par contre je le dis et le redis : je n’aime pas Sharko. J’y peux rien, c’est un sentiment que j’éprouve depuis que j’ai découvert le personnage mais je le trouve agaçant et je ne suis absolument pas touchée par l’homme. Vous m’en voulez ? J’en suis la première peinée. Mais ça ne passe pas. Et toutes les scènes avec Eugénie m’ont semblé bien bien reloues. Je ne parle même pas de son séjour au Caire qui m’a franchement agacée. Par contre, je n’étais pas habituée à voir le personnage si « fragile ». Dans les tomes que j’ai lu, il reste torturé mais, du moins en apparence, plus stable.

Je lis souvent que Thilliez est un auteur « gore » ou « d’horreur » mais personnellement, c’est un sentiment que j’ai rarement eut en le lisant. Il en faut vraiment peu aux gens (là je suis en train de lire un nouveau Mo Hayder et en 20 pages elle m’a déjà foutu la nausée, elle est carrément au dessus). Je trouve plutôt ses histoires passionnantes avec ce qu’il faut de sordide et de flippant pour te mettre dans une certaine condition. Chez Thilliez, on est pas chez les Bisounours et on plonge souvent dans les tréfonds de l’âme humaine. Dans ce que l’homme a de plus sordide. Alors ouais, c’est normal qu’il y ait quelques cadavres dans le roman, vous êtes prévenus !

Ici, dans le Syndrome E, il est question d’un film, de films, de cinéma mais surtout de la violence que les images ont, parfois et de l’impact qu’elles peuvent avoir sur nous. J’ai aimé voir nos enquêteurs remonter le fil du temps, partir en quête des acteurs, du cinéaste… J’ai moins aimé la dernière partie parce que la trouve carrément convenue et peu originale finalement. Ma lecture a été plus laborieuse et j’ai été contente d’arriver à la fin de ces 500 pages.

7 comments

  1. kerrylegres says:

    Il est dans ma PAL, presque tous les Thilliez sont dans ma PAL mais il faudrait d’abord que je me note l’ordre pour commencer, c’est comme ça, je préfère prendre dans l’ordre pour suivre l’évolution des personnages récurrents ! ^^

    • Audrey says:

      C’est sûr que c’est mieux ! 🙂
      Moi je les ai lu au hasard dès le départ donc je continue de les piocher par ci par là ^^

  2. zofia says:

    Je suis en train de lire le dernier ! bon tu le sais, je suis une grande fan ! 😉
    Maintenant tu dois lire Gataca (à moins que tu l’aies déjà lu ?!) je l’avais préféré au Syndrome E si mes souvenirs sont bons….

Laisser un commentaire

CommentLuv badge