Critique Sukitte Ii na yo

L’histoire de l’animé Sukitte Ii na yo est relativement simple et relativement banale. On nous raconte en effet la vie de Mei Tachibana, une lycéenne très timide et vraiment renfermée sur elle-même. C’était sans compter sur Yamato Kurosawa, le beau mec du lycée qui va subitement s’intéresser à elle…pour ne plus la lâcher.

Si je devais être honnête, je dirais que j’ai avalé très rapidement les 13 épisodes de cet animé. J’ai beaucoup aimé son ambiance, sa musique, son générique si mélancolique ainsi que ses personnages secondaires, finalement assez attachants. Ils ont tous un passé plus ou moins douloureux et plus ou moins assumé. Si les dessins sont à la fois réalistes et poétiques, j’ai regretté que les personnages soient si…clichés. Extrêmement longs et minces, ils se ressemblent tous avec leurs grands yeux marrons.

Néanmoins, j’ai eu beaucoup plus de mal avec le personnage de Mei qui est, à mes yeux, une des pires héroïnes de shojo. Extrêmement timide, extrêmement méfiante, elle est la solitude incarnée. La morosité faite femme. Elle n’est ni drôle, ni pétillante. Juste chiante. Touchante par moments, elle est plus souvent agaçante que mignonne à cause d’un comportement parfois très hostile envers Yamato. On se demande même pourquoi ce dernier est si doux et si patient avec elle. Si leur histoire d’amour commence vite, elle stagne rapidement à cause de Mei.

Durant l’animé, je me suis dit qu’on allait finir par comprendre les raisons de son attitude. Qu’on allait nous expliquer quel traumatisme était à l’origine de ce terrible repliement sur elle-même. Mais non. Pas d’évocations non plus de ce père qui a l’air mort et qui n’apparait qu’en photo, par ci, par là.

L’histoire d’amour entre Mei et Yamato pose également quelques problèmes. Dans la plupart des shojo, un couple doit passer à travers maints obstacles pour pouvoir enfin s’aimer tranquillement. Dans Sukitte Ii na yo, le couple se forme dès le premier épisode. La suite de l’histoire portera donc plutôt sur l’évolution de cette relation et sur, pourrait-on dire, l’ouverture de Mei à la vie et aux autres. Vu sous cet angle, c’est une jolie histoire. Même si c’est répétitif et que le scénario est réduit à…zéro. Malheureusement, cette jolie histoire se termine un peu n’importe comment. J’ai eu un doute à la fin du 13ème épisode et me suis mis à en chercher un 14ème… qui n’existe évidemment pas. L’histoire se terminer à l’épisode 13 mais on aurait très bien pu la clôturer à l’épisode 12 ou à l’épisode 11 ou la continuer jusqu’à l’épisode 25… et les choses auraient été les mêmes.

Pas mal de bémols à mes yeux. J’ai trouvé que ce manga survolait ses thèmes (l’intimidation, l’amitié, les amours adolescentes…) sans jamais les approfondir. De plus, je n’ai pas vraiment craqué sur le couple central. A savoir : cet animé est adapté d’un manga qui n’est pas disponible en France. Je n’ai trouvé que des éditions en anglais sur le net.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.