Critique Steve Jobs, Danny Boyle

8188551-12787531Sortie : 3 février 2016

Steve Jobs ne m’a jamais particulièrement intéressée. Il a fallu qu’il meurt (en 2011) pour que je réalise vaguement l’impact qu’il a eu auprès de beaucoup. Oui, je sais… c’est une vraie honte. Mais que voulez-vous… *soupir*
Je suis donc allée voir ce film pour Danny Boyle et pour Michael Fassbender. Le second ne m’a pas déçue, loin de là, et a habité avec brio son personnage pendant les deux heures du film. Je l’ai trouvé crédible…alors que j’étais très très très sceptique sur le choix de l’acteur au départ (sur le papier, Fassbender = trop sexy pour jouer Jobs).
Autour de lui, il y a un casting de qualité…mais finalement des acteurs peu présents. Kate Winslet sort un peu du lot mais j’ai eu l’impression que les rôles secondaires n’étaient que des pions à faire circuler autour de Jobs pour le pousser à : agir/parler/gesticuler.
Il faut avouer que le dernier Danny Boyle est très très bavard et totalement épuisant. Dès les premières minutes, le ton est lancé : nous sommes projetés, sans introduction, à 3 moments clés dans la carrière de Jobs (soit juste avant 3 lancements de produits emblématiques). C’est rude, c’est nerveux, c’est énergique du début à la fin. La mise en scène a une grande fluidité, tout s’enchaîne très bien.
Emportée par le tourbillon, par la théâtralité des échanges, j’ai pourtant vite lâché prise. Je n’ai ressenti aucune émotion. Je n’ai pas été prise par l’histoire qu’on voulait me raconter. Je me suis mise en veille, me contentant de regarder les images puis d’avoir des sursauts d’intérêt, quand une scène ou l’autre me sortait de ma torpeur.

Je comprends tout à fait le parti pris de ce film, je le respecte et j’ai l’impression d’avoir vaguement saisir son but, ses intentions. Malgré tout, je n’ai pas spécialement apprécié ma séance de cinéma. J’ai assisté à beaucoup de dialogues très rapides, j’ai été submergée par les informations mais j’ai l’impression de ne pas avoir compris tous les enjeux (et paradoxalement, de ne rien avoir appris sur Jobs). Une drôle d’expérience en somme ! 

8 comments

  1. sanasan says:

    Danny Boyle est un réalisateur que j’aime tout particulièrement… Alors en plus avec Fassy à l’affiche 😉 Cela dit bizarrement la vie de Steve Jobs ne m’intéresse pas tant que ça… Je suis curieuse de le voir mais pas au point de payer une place de ciné 🙂 J’attendrais qu’il passe sur canal pour le voir 🙂
    sanasan Articles récents…The book of Ivy d’Amy EngelMy Profile

    • Audrey says:

      Idem, malgré un sujet qui ne m’attirait pas des masses, j’étais très curieuse de voir le résultat ! Je ne peux que te conseiller de te faire ton propre avis sur la question ! 😀

  2. Zofia says:

    Comme toi, Steve Jobs ne m’a pas vraiment intéressé et même depuis qu’il est mort, je ne suis pas plus intéressée que ça, donc malgré le casting et tout ça, je ne crois pas voir le film un jour. Un peu comme The social network sur le créateur de Facebook, ça ne me tente pas vraiment.
    Zofia Articles récents…RAT a Week, Winter EditionMy Profile

      • Zofia says:

        Ce sont deux personnages qui ne m’attirent pas vraiment, ok même si Jobs a fait quelques trucs intéressants, Facebook n’est pas non plus le truc le plus ouf inventé ces dernières années, donc bon je trouve qu’on leur accorde beaucoup beaucoup trop d’importance.
        Zofia Articles récents…Vu, Lu, EntenduMy Profile

        • Audrey says:

          Disons que faire des films sur eux n’empêche pas de faire des films sur d’autres personnes, réelles ou non !

          Mais je comprends ce que tu veux dire….

          Facebook c’était peut être plus pour parler d’un phénomène de société assez dingue, qu’on le veuille ou non !

Répondre à Aurore Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.