Critique Sin City : j’ai tué pour elle

Sortie : 17 septembre 2014

En 2005, Sin city m’avait particulièrement marquée mais je ne pense pas l’avoir revu depuis donc mes souvenirs étaient très très vagues. Je voulais voir Sin city : j’ai tué pour elle depuis longtemps. Mais j’ai finalement un peu trainé pour aller le voir en salles.
Nous sommes donc de retour dans Sin city, une ville où la morale et la justice n’ont pas leur place. Nous suivons les aventures d’une poignée de personnages dont Marv, toujours prêt à en découdre (il fait d’ailleurs le lien entre les différentes histoires), Johnny, un joueur de poker prêt à battre le sénateur Roark ou encore Ava Lord, la femme sublime mais dangereuse dont Dwight McCarthy n’arrive pas à se détacher.

Inutile de vous résumer dans le détail ce dont il est question dans le film. Disons qu’il faut aller le voir pour le grand spectacle qu’il nous offre et pour une beauté visuelle à couper le souffle, une beauté renforcée par la 3D. Bien entendu, je n’éprouve aucun intérêt pour Franck Miller, donc je connais pas du tout son travail et donc pas du tout ses œuvres devenues cultes pour beaucoup. J’ai juste gobé le film…comme le film qu’il est, sans me préoccuper du reste. Il m’est donc impossible de le juger comme les vrais fans peuvent le faire.

Cette fois encore, l’atmosphère est spéciale, sombre, prenante. Si la violence est évidemment présente, les jeux visuels du film l’atténuent considérablement car nous sommes dans un monde étrange, entre la réalité et la bande dessinée. Si toutes les histoires m’ont intéressée, j’ai forcément préférée celle qui concerne plus particulièrement le personnage d’Eve Green, Ava Lord. L’actrice excelle dans les rôles de femmes fatales et est plus vénéneuse que jamais dans ce film…

Que du bon donc, de l’efficacité, de l’action ….malgré quelques longueurs dans le dernier tiers du film.

Forcément, Sin city : j’ai tué pour elle ne bénéficie pas du même effet de surprise : depuis 2005, on connait la recette et on retrouve les mêmes ingrédients dans ce second volet. Malgré tout, il est difficile de ne pas se lancer emporter par les tourbillons des différentes histoires. De l’action, des héros charismatiques, du noir et blanc, des filles sexy et dangereuses… Je ne suis pas une inconditionnelle du genre mais j’ai passé un bon moment !

8 comments

  1. Aurore says:

    Comme toi je l’ai vu en 2005 mais alors mes souvenirs sont plus que vagues, et je n’ai pas été tentée d’aller le voir. J’y serais surtout aller pour le graphisme mais j’avais peur de m’ennuyer !

  2. Zofia says:

    Je veux le voir mais je n’ai pas encore eu l’occasion, j’ai bien envie même si je sais que le scénario n’est pas des plus développé (c’est du moins ce que j’ai lu)

    • Audrey says:

      J’y suis plus allée pour l’esthétique que pour la finesse du scénario.. Ils peuvent pas être parfaits sur tous les plans ! 🙂 Mais ce n’est pas non plus un film vide, je te rassure.

  3. Zofia says:

    Finalement on y a été lundi et ça m’a bien plu ! j’ai juste regretté que certains personnages est changé d’acteurs et j’aurais bien aimé voir une histoire avec Josh Hartnett et la fille aux yeux verts de l’ascenseur, la dernière scène du 1er film en fait.
    Zofia Articles récents…Sept ans aprèsMy Profile

    • Audrey says:

      Que de pudibonderie !! ^^ T’as tout à fait le droit de ne pas aimer Eva Green et son style particulier mais quand même ! La réduire à ses scènes de nu et à son expression parfois un brin fermée, ce n’est pas gentil du tout du tout et complètement arbitraire ! ^^
      Je trouve qu’elle est assez fascinante dans ses rôles, qu’elle est pas dégueu à regarder surtout, elle a une belle filmographie, variée et sans erreurs. Mais je conçois qu’elle puisse t’agacer… on a tous des acteurs qu’on peut pas saquer et qu’on trouve mauvais.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.