Critique Shell

Sortie : l’année de production est 2012 mais je ne sais pas s’il est sorti dans les salles françaises ni s’il sortira un jour…

Si vous aimez les films où l’action et les dialogues sont omniprésents, passez votre chemin ! Shell est un film tout en douceur, en silences et en regards. C’est intéressant, captivant mais pour beaucoup de gens : c’est ennuyant ! De mon côté, et même si j’aime bien les films intimistes, j’ai quand même trouvé le temps un peu long parfois.

Shell raconte l’histoire…de Shell. Elle a 17 ans et travaille avec son père dans une station-service perdue au milieu des Highlands écossais. Les clients sont rares et son père, vraiment pas bavard. L’ombre de la mère de Shell ne plane même plus au-dessus de leur existence, cette dernière étant partie il y a plus de dix ans. Du coup, la vie suit son cours, monotone, au rythme des gens qui viennent prendre de l’essence chez eux.

A côté de la définition de « trou perdu », on pourrait aisément coller la photographie de la station-service où travaille et vit Shell. Tout autour, le paysage est grandiose. Si le ciel est gris et donc, plombé par les nuages de l’hiver, la nature est omniprésente. Ce désert écossais m’a fait rêver pendant tout le film et je me serai bien allongée dans l’herbe à côté de Shell…

Malgré le cadre exceptionnel, Shell et son père semble vivre à l’étroit. Entre le magasin, minuscule et leur lieu de vie, minuscule aussi, ils sont loin d’être heureux. Trop seule et trop jeune pour être si seule, Shell est en perte de repères et considère son père comme son frère, son ami…son amant ? Elle entretient des rapports ambigus avec son papa, bien que ce dernier la repousse continuellement.

La seule bouffée d’air frais, ce sont les visiteurs. Shell leur demande constamment d’où ils viennent et où ils vont… comme si elle cherchait à élargir son horizon avec des noms de villes où elle n’a jamais mis les pieds. Puis les gens repartent et Shell se retrouve encore une fois seule, ses longs cheveux bruns dans le vent et son visage lunaire…un brin inexpressif.

Voilà, Shell est un film difficile à cerner. S’agit-il d’une histoire triste ? Sous bien des angles, on pourrait dire oui. Ce film contemplatif s’intéresse beaucoup aux détails et met en scène des scènes de la vie quotidienne qui n’ont visiblement aucun intérêt. A chacun de décider s’il trouve le tout intéressant ou non. Pour ma part, j’ai aimé Shell mais j’aurais aimé que l’histoire soit un peu moins minimaliste.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.