Critique Sex and the city – saison 1 (ou comment j’ai découvert la série 18 ans après le lancement du 1er épisode)

Quand j’étais ado, je regardais bien entendu la télévision. Mais finalement, pas tant que ça. Ce n’est pas que je la snobais, c’est juste que cela ne m’intéressait pas plus que ça. J’ai découvert les séries sur le tard (si on excepte une période Hélène et les garçons, Premier baiser et Hartley, cœurs à vif… sans oublier Friends, bien entendu). Longtemps, Sex and the city a été pour moi synonyme (pardon aux fans, pardon à celles qui liront ça, il faut me pardonner, j’étais jeune et pleine de préjugés !!) de « série pour greluches superficielles » (outch !).

Regarder l’EXCELLENTE série Girls m’a donné envie de me mettre à Sex and the city car, si elles n’ont rien à voir, les 2 séries ont été reliées maintes fois de par leurs thèmes et leur décor (soit New York et les états d’âme féminins).

Je pense que les comparaisons s’arrêtent là. Girls et Sex and the city ne se passent pas à la même époque et surtout, elles ne mettent pas en scène les mêmes personnages. Les filles de Girls sont désargentées, vivent dans des appartements minuscules à Brooklyn tandis que les meufs de Sex and the city sont des femmes très à l’aise financièrement et plus vieilles. Dans Girls, on est dans un NY réaliste, un NY de proximité, pas touristique. Dans Sex and the city, on est dans le NY fantasmé.

25Je ne vais pas vous faire l’affront terrible de vous donner un résumé de la série vu que j’arrive environ 3 siècles après la bataille. Le 6 juin 2016, il y a donc deux jours à peine, la série a fêté les 18 ans du lancement de son premier épisode. Oui oui, c’était en 1998.

Concentrons-nous sur mon ressenti… qui est, je vous rassure, globalement positif !

Au début, je vous avoue que j’ai eu du mal à me faire à l’image, aux fringues, aux personnages car tout est très très très années 90 (et c’est bien normal). Du coup, quand tu débarques devant la série en 2016, tu te prends une grosse claque visuelle. Mon dieu, que c’est moche !

Une fois habituée au ton de la série, aux filles et à tout l’aspect esthétique, je dois avouer que je me suis vite prise au jeu. Je suis donc assez contente d’avoir résisté à l’envie de tout arrêter (une envie qui, soyons honnête, m’a envahie durant les 3 premiers épisodes).

Certes, cette série reste quand même un poil superficielle avec ces soirées incessantes, ces histoires d’apparence, ces questions de petites bourgeoises qui se créent elles mêmes les problèmes qu’elles n’ont pas… mais c’est terriblement léger, divertissant, drôle, attachant… Je ne ferai pas forcément de bilan à chaque saison mais je compte bien les enchaîner maintenant que j’ai commencé !

tumblr_n8kdxlMx3V1tfqlfqo1_500



Hartley, cœurs à vif

6 comments

  1. sanasan says:

    Accroches toi le meilleur reste à venir 😉
    Et Audrey voyons !! Elles ne sont pas vieilles… elles sont plus âgées 😉
    C’est une série que j’ai découvert lors de sa diffusion en France (Sur M6 tard le soir il me semble à cause du contenu explicite… Samantha hein !!) et j’ai accroché immédiatement. Alors c’est vrai qu’elle est superficielle à fond, bourrée de cliché, et éloigné (pas tant que ça) du quotidien de la plupart des jeunes femmes citadines mais perso ça ne m’a jamais dérangé. Bon faut avouer aussi que je suis trèssssss bon public 😉
    sanasan Articles récents…Une troublante innocence de Margaret MooreMy Profile

    • Audrey says:

      Pour ce genre de séries, je peux être très bon public aussi ! L’essentiel est de passer un bon moment ! On peut faire fonctionner ses méninges avec autre chose ^^

      T’inquiète, je vais passer à la suite sous peu ! J’imagine que la 1ère saison n’est pas la meilleure !

    • Audrey says:

      Je te comprends ! Mais en même temps, je ne suis pas toujours hyper disciplinée non plus là dessus ! Il y a trop de choses à voir et trop de tentations !!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge