Critique séries TV : Orange is the new black

Il y avait un bail que je voulais voir la première saison de la série Orange is the new black. Bizarrement, j’avais commencé le premier épisode pour l’arrêter et ne jamais reprendre. L’arrivée de la seconde saison, prévue pour début juin je crois, m’a finalement décidée à foncer pour de bon. Et cette fois, ce fut la bonne. J’ai avalé très rapidement les 13 épisodes qui font chacun 45 minutes environ.

Si aujourd’hui, elle dit une vie rangée d’hétéro fiancée, Piper avait une existence beaucoup moins classique 10 ans auparavant. Amoureuse d’une trafiquante de drogue (dont elle est séparée depuis 8 ans), elle a voyagé à l’œil et accessoirement, participé à diverses manigances pendant plusieurs années. Son passé a fini par la rattraper : dénoncée suite au démantèlement de ce trafic, elle se voit obligée de passer 1 an en prison (pour éviter un procès qui risquerait de lui coûter encore plus cher). Déchirée à l’idée de quitter son chéri et cette vie qu’elle s’était construite, Piper s’apprête à devenir une prisonnière comme les autres. Ou presque.

Orange is the new black est une série qui mêle habilement drame et drôlerie. Il n’est pas difficile d’imaginer le désarroi et même l’angoisse de Piper qui, malgré un passé un peu étrange, est loin d’être la bad girl de service. A l’intérieur, l’attendent des femmes tantôt sympathiques et touchantes, tantôt inquiétantes avec lesquelles Piper va devoir composer. Cette première saison nous permet de suivre les premières semaines, voire les premiers mois d’enfermement. J’ai particulièrement aimé les portraits de femmes qui nous sont montré. Les flashbacks, réguliers, nous permettent d’en savoir plus sur Piper mais également sur ses camarades de détention. C’est frais, c’est sympathique.

Néanmoins, il ne faut pas trop s’attarder sur la crédibilité de certaines scènes, de certaines situations. La vie en prison tourne souvent à la colonie de vacances assumée et je trouve que le rendu est un peu trop choupi (bien qu’il y ait des moments hard quand même) et un peu trop propret. Je ne connais pas grand-chose sur les prisons de femmes, encore moins sur les prisons aux Etats-Unis mais je n’ai pas l’impression que la série ait vraiment eu envie de transposer à 100% la réalité sur petit écran.

Est ce finalement un mal ? A mes yeux : non ! En substituant un ton comique à un ton mélodramatique (après tout, vivre en prison c’est vraiment la loose), la série parvient de nous divertir, à nous faire nous attacher aux différents personnages. On évite ainsi de sombrer dans la tristesse et le misérabilisme.

A la fin de la saison 1, nous quittons Piper dans une sale situation… La question est : comment va-t-elle se sortir de ce mauvais pas ? Mystère ! Hâte de commencer la saison 2 !

2 comments

  1. Aurore says:

    Y’a des moments bien hard, colonie de vacances je ne suis pas trop d’accord. Certaines filles se lient, mais ça reste toujours tendu, ça peut basculer à chaque instant … Et les gardiens … Eurk !!! J’adore cette série, il faudrait que je parvienne à me procurer la seconde saison en juin.

    • Audrey says:

      On est d’accord sur les moments difficiles par lesquels passent Piper, je l’ai écrit ici : « La vie en prison tourne souvent à la colonie de vacances assumée et je trouve que le rendu est un peu trop choupi (bien qu’il y ait des moments hard quand même) ».

      Néanmoins, j’ai vu beaucoup de films qui se passent dans l’univers carcéral (tout comme toi, sans doute) et mon ressenti face à la vie en prison n’était pas du tout le même ! Je pense notamment à Ombline que j’ai vu il n’y a pas si longtemps que ça et crois moi, la tension est toute autre !!

      La scène sous la douche avec la lame est vraiment flippante mais au début de la série, quand Red prive Piper de bouffe pendant plusieurs jours. C’est super cruel. Mais vu la manière dont c’est raconté, c’est presque drôle (ou alors je suis une cruelle qui s’ignore).

      Alors je maintiens que la série est en mode colonie de vacances car le thème me semble traité de manière un peu légère. Mais ce n’est que mon ressenti.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge