Critique série : Emma

Il y a deux ou trois ans, je me suis fait offrir un coffret de DVD regroupant plusieurs adaptations des romans de Jane Austen. Ces séries et téléfilms de la BBC m’ont occupé un moment mais n’étaient pas forcément très récents. J’y ai découvert une première adaptation du roman Emma, cette dernière datant des années 1990. Dernièrement, j’ai découvert que la BBC avait proposé une autre adaptation, cette fois en 4 épisodes de 50 minutes chacun. Datant de 2009, cette mini série met l’actrice Romola Garai en avant. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais si vous avez vu Angel, de François Ozon, vous reconnaitrez certainement l’actrice anglaise que le français avait choisie pour incarner son personnage principal.

Bref, Emma reprend parfaitement l’intrigue du roman de Jane Austen et nous permet de suivre de près le personnage d’Emma Woodhouse. Belle, jeune et riche, elle n’a jamais eu le moindre problème dans la vie et dernièrement, elle s’amuse à former des couples autour d’elle. Bref, elle se prend un peu pour la marieuse de service. Le souci est qu’elle s’y prend finalement assez mal. Sa maladresse vaudra notamment le malheur de la naïve Harriet. Si Mr Knightley, voisin d’Emma, veille au grain, cette dernière va devoir avancer par elle-même et surtout, se remettre en question.

Emma est un roman un peu à part dans l’œuvre de Jane Austen. Enfin disons que, contrairement à ses personnages féminins habituels, Emma est une héroïne plutôt antipathique car très fière et très orgueilleuse. Magnifique avec ses grands yeux bleus et son petit air impertinent, Romola Garai arrive très bien à fait passer toute la fierté mal placée de son personnage, ses petits conseils déplacés et son agaçante habitude de tout régenter. Pleine de défauts et parfois méprisante, cette Emma devient pourtant de plus en plus attachante, dévoilant peu à peu un caractère doux et romanesque qu’on ne lui prêtait pourtant pas au départ.

Je passerai sous silence toutes les péripéties par lesquelles passent les personnages pour ne pas gâcher le suspens. J’ai néanmoins beaucoup apprécié la fidélité de la réalisatrice qui a vraiment collé au texte initial, ce qui rend cette mini série d’autant plus agréable à regarder. Il fallait finalement bien 4 heures pour retranscrire tout l’univers d’un long roman particulièrement riche en rebondissements. Côté décors et costumes, rien à redire et de toute manière, difficile de faire original quand on adapte du Jane Austen. Tout se ressemble plus ou moins !

3 comments

    • Audrey says:

      Oui t’inquiète, j’avais bien compris ! 😀

      Emma, c’est du pur Jane Austen hein donc à voir si c’est ton truc… Sinon en série assez drôle en format 20 minutes on a commencé New Girl. C’est assez rafraichissant et comme c’est pas long, c’est cool pour les midis ! Et en format long (45 minutes) je mate The killing. Tu l’as peut être déjà vu ?

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.