Critique Salem, Stephen King

C’est sans faire exprès qu’après avoir lu Carrie, le premier roman de Stephen King, j’ai attaqué le second à avoir été écrit par l’auteur, Salem. Il s’agit de mon 4ème Stephen King et pour le moment, de mon préféré. Et de loin.

Comme toujours (du moins c’est mon impression sur un maigre échantillon de ses écrits), Stephen King prend son temps pour poser ses décors et pour y faire évoluer ses personnages. La première partie du roman est donc extrêmement lente mais on découvre vite que l’un des héros principaux sera Ben Mears. Revenu à Jerusalem’s Lot, une ville qui a marqué son enfance, cet homme a un but en particulier : écrire au sujet de Marsten House, la maison qui surplombe toute la ville. Jadis habitée par Hubert Marsten, un homme qui s’est finalement suicidé après avoir tué sa femme, Marsten House est une demeure macabre et effrayante… bien que très fraîchement rachetée. Straker et Barlow, deux antiquaires étranges, sont les nouveaux propriétaires et leur arrivée semble avoir été suivie par une suite d’évènements tous plus effrayants les uns que les autres.

De lent, mais agréable, Salem devient vite extrêmement prenant. Je n’ai donc eu aucun mal à m’intéresser aux histoires et à m’attacher aux différents personnages. Ben sorti d’une histoire d’amour très douloureuse, s’entiche de la jeune Susan mais va également rencontrer un jeune médecin, Jimmy, un prêtre alcoolique en quête d’une mission, un vieux prof, Matt… Il y aura aussi le jeune Mark, balancé presque contre son gré dans cette histoire et autour d’eux, une ville rongée par le mal vampirique.

Si j’avais été très oppressée par Simetierre, au point d’y avoir pensé en pleine nuit, alors que je m’étais réveillée par hasard, Salem ne m’a pas vraiment fait peur. Disons que le livre refermé, je n’ai plus repensé aux vampires. J’ai vraiment apprécié son atmosphère et la tension, de plus en plus présente mais il n’a pas éveillé en moi la moindre pensée cauchemardesque. Bien sûr, certaines scènes sont stressantes et assez impressionnantes et Marsten House est l’incarnation même de la maison de l’horreur. Impossible de ne pas frissonner en s’imaginant y pénétrer aux côtés de Susan ou y revenir avec Ben.

Intriguée par le début, j’en ai également aimé sa fin ouverte. J’aurais aimé rester un peu plus longtemps pour assister à la dernière mission des héros mais le livre, bien qu’énorme, était déjà terminé. Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé Salem. Il y a un téléfilm datant de 2004 qui dure 3 heures et qui semble reprendre fidèlement l’histoire… je vais forcément me plonger dedans sans tarder ! Il se peut donc très bien que je reparle de Salem dans quelques jours !

A ce jour, il me reste Marche ou crève et Docteur Sleep dans mon bibliothèque. Peu de Stephen King en rayon, donc. Ils sont là depuis Décembre et ils vont encore attendre un peu avant d’être lus car j’ai d’autres urgences sous la main !

5 comments

    • Audrey says:

      C’est également le cas dans Simetierre et dans Carrie, les deux autres que j’ai lu. Il se passe quelques petits trucs mais le gros de l’histoire met vraiment 10 plombes à arriver…

      T’aurais dû te l’offrir, il est vraiment pas mal !

      Je pense que je vais bientôt commander les trois tomes de Ça. Ils me tentent pas mal !

    • Audrey says:

      Moi ça m’embête pas d’en lire deux à la suite… disons que c’est par phase. Et les histoires sont, de toute manière, très différentes d’un roman à un autre.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge