Critique Royal affair

Sortie : 21 novembre 2012

Moi qui aime les films historiques, je suis étonnée d’être passée à côté de Royal affair. Ce film, en plus d’être magnifique et magnifiquement interprété, a le mérite de nous immerger au sein de la cour danoise de la fin du 18ème siècle. Cela change des cours anglaise et française qui sont les plus souvent représentées au cinéma, non ?

Nous sommes en 1770 et Caroline Mathilde, la reine, est tombée amoureuse du médecin du roi, Struensee. Plus qu’une relation charnelle, c’est une relation intellectuelle qui se noue entre un homme et une femme influencés par les philosophes des Lumières dont ils ont lu tous les écrits. Ensemble, ils vont jouer un rôle important dans l’histoire du Danemark et bouleverseront l’ordre social établi.

Je viens tout juste de revoir le Marie Antoinette de Sofia Coppola et j’ai été amusée d’y trouver plein de points communs avec Royal affair, du moins au début. Dans les deux films, on voit de jeunes femmes quitter leur pays pour rejoindre une cours étrangère. Si Marie Antoinette rencontre un homme effacé et timide, le roi que rencontre Caroline Mathilde est bien différent. Colérique, hargneux et violent, Christian est caractériel, fantasque et ramène bien vite la jeune femme à la réalité. Cet homme qui souffre de troubles mentaux, elle ne l’a pas choisi et elle va le supporter toute sa vie.

Si le film avec ses décors et ses costumes est somptueux, la réalisation reste très classique. Et oui, nous ne sommes justement pas chez Sofia Coppola. La reconstitution historique, tout en étant sans doute très juste, est un brin austère. Au moins, elle a le mérite de nous peindre une société terriblement inégalitaire. L’histoire d’amour entre la reine et le médecin apporte une touche de rêve et de douceur dans un quotidien finalement assez violent et cynique et où la manipulation et les complots sont constants. La sensualité de leur relation tranche terriblement avec les ébats de Caroline et du roi. Néanmoins, le film est assez fin et sensible pour éviter les clichés sur les relations adultères. Le trio amoureux qui se forme est bien plus complexe qu’il ne semble l’être.

Les scènes qui se passent chez le roi sont de véritables tableaux où le sens du détail est bel et bien là. Heureusement, le trio Christian/Caroline/Struensee donne un peu de piquant à l’histoire. La relation entre les deux hommes oscille entre mépris et estime. Struensee, cet homme moderne et philosophe, va pousser ce roi léger a mettre en place des réformes en faveur du peuple. A mesure que le temps passe, Struensee devient de plus en plus audacieux et il faudrait être bien naïf, ou aveugle, pour ne pas voir l’épée de Damoclès qui flotte au-dessus de sa tête de danois. La lutte entre l’aristocratie et le peuple ne faisait finalement que commencer…

Royal affair est à la fois une histoire d’amour et une histoire politique. Je ne connaissais rien de ce fameux médecin inspiré par la philosophie des Lumières qui occupa des fonctions élevées à la cour danoise.  Particulièrement agréable à suivre, cette page d’Histoire doit notamment sa force à la qualité des interprétations.

2 comments

Répondre à Lujena Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.