Critique Les roses de Somerset, Leila Meacham

51KqXpoLvZL._SX316_BO1,204,203,200_Résumé

Howbutker, Texas, 1916. À la mort de son père, la jeune Mary Toliver hérite de la plantation de coton des Toliver, l’une des familles fondatrices de Howbutker. La jeune femme devra-t-elle sacrifier son amour pour Percy Warwick, magnat de l’exploitation forestières, pour faire vivre le sol de ses ancêtres ? Confrontés aux trahisons, aux secrets et aux tragédies qui les entourent, renonceront-ils à ce qui aurait pu exister, non seulement pour eux, mais aussi pour les générations suivantes ?

Mon avis

Après avoir gagné Le ranch des trois collines sur Babelio, j’ai eu envie de tenter un Leila Meacham. Le but était bien évidemment de découvrir l’auteure avant de recevoir son dernier roman publié aux éditions Charleston. Et j’ai pile poil eu le temps de le terminer.

Est-ce que j’ai aimé ma lecture ? La réponse est oui !

Est ce que pour moi, ce sera une lecture inoubliable ? La réponse est non !

Qu’on soit au clair dès le début : Les roses de Somerset est un roman intéressant en plus d’être plutôt bien écrit. Leila Meacham a une écriture féminine, claire, simple et parvient parfaitement à nous immerger dans le cœur et l’esprit de ses différents personnages. Forcément, plonger au cœur du Texas du début du 20ème siècle jusqu’aux années 80, c’est un vrai voyage dans le temps et l’espace, une belle évasion littéraire.

L’auteur nous propose une belle galerie de personnages avec, en ligne de mire, la belle et autoritaire Mary (une Scarlett O’Hara en puissance) et Percy, son amour impossible. Ambitions personnelles, histoires d’argent, sentiments, orgueil et actes manqués, tout cela ne fait pas bon ménage, ainsi que va nous le montrer l’auteure. Et le temps donne une belle saga familiale avec son lot de joies et évidemment, son lot de drames.

Là où le roman n’a pas tenu ses promesses, du moins à mes yeux, c’est de part sa construction.

Le roman commence dans les années 80, une époque où Mary, très vieille, se sait mourante. Elle prend une grande décision, décision qui l’amène à se remémorer toute son histoire. La partie « Histoire de Mary » s’ouvre et elle est assez conséquente. C’est également la plus intéressante de toutes car elle nous permet de suivre la destinée d’une femme forte, pleine de caractère et qui a survécu à bien des épreuves.

Puis elle se termine, retour au présent…

Et s’ouvre la partie « Histoire de Percy », en gros, une partie un peu plus courte mais qui nous montre un peu les faits du côté masculin. Ce qui est intéressant car après la voix de Mary, c’est important d’entendre un second son de cloche, comme on dit. Cela met certains évènements à distance, nuance quelques faits.

Puis encore une fois, retour au présent…

Pour voir la troisième et dernière partie, celle consacrée à Rachel, la petite nièce de Mary et indirectement, à Matt, le petit fils de Percy. Cette partie, plus courte, m’a semblée interminable. Vraiment. J’ai bien compris qu’elle faisait office de longue conclusion avec variations sur le thème « feront-ils les mêmes erreurs que leurs aînés ? » mais je l’ai surtout trouvée très très répétitive. Rachel est perdue, ne comprend pas ce qui lui arrive et part à la recherche d’informations que le reste du roman nous a déjà donné, à nous.

En bref,

Les roses de Somerset est une lecture vraiment plaisante, une belle immersion dans une famille de planteurs texans, le livre est gros mais il passe tout seul car l’écriture est fluide et la part laissée aux dialogues est assez grande. Néanmoins, je n’ai pas vraiment aimé la construction du récit car selon moi, elle favorise les répétitions, chose que je n’apprécie pas spécialement dans les romans.

18 comments

  1. sanasan says:

    Parfois on en demande pas plus à certaine lecture…
    Cela dit, j’aimerais comprendre de quelle répétition tu parles ? La trame dans l’histoire se ressemble à chaque fois ? Ce que j’entends par répétition, c’est lorsqu’un auteur ressasse toujours les mêmes événements, mais de manière différente…
    sanasan Articles récents…Throwback thursday livresque !!My Profile

    • Audrey says:

      En fait, j’ai parlé de répétitions dans la conclusion de ma petite critique mais ces fameuses répétitions sont surtout présentes dans la partie de Rachel.

      Il faut comprendre que la partie de Mary déroule une histoire qui s’étale sur une longue période. La partie de Percy, qui arrive en second, ne commence pas exactement au moment où termine celle de Mary mais reprend les faits à partir d’un certain moment afin de donner la version masculine des événements puis de dérouler les faits qui en découlent dans les mois et les décennies suivantes.

      Mais j’ai trouvé que ce changement de narrateur ne relance l’intérêt que pendant peu de temps. ça n’engage évidemment que moi. C’est marrant parce qu’à mes yeux, toute la partie de l’intrigue qui est la plus captivante, c’est dans la partie de Mary qu’on la trouve.

      Le souci c’est qu’en troisième partie, on a Rachel, la petite nièce de Mary, qui enquête justement sur le passé de sa tante, sur des histoires de propriétés vendues, achetées et blablabla… Pour elle, c’est le flou total mais pour nous, qui avons suivi l’histoire depuis le début et qui connaissons le pourquoi du comment, c’est répétitif et donc, un peu long à lire. Mais ça ne concerne même pas le tiers du roman donc ça va. Le souci étant que j’ai terminé le roman sur cette impression là.

      L’histoire d’amour dans le passé est intéressante, j’ai moins aimé celle du présent de l’histoire, ce qui n’aide pas non plus. J’aurais franchement préféré que le roman soit plus court et qu’il ne concerne que Mary même si je sais aussi qu’un tel choix aurait privé le roman de toute sa dimension « générationnelle ». Mais mon impression globale est quand même positive, j’espère que le message est passé comme tel !

    • Audrey says:

      Mais non j’irai pas jusqu’à dire chiante non ^^ Et c’est ton droit de poser des questions. Mais après, tu me poses des questions auxquelles je ne peux pas forcément répondre sans révéler des choses sur l’histoire… alors que depuis l’ouverture de mon blog, j’ai toujours garanti des critiques sans spoilers !:D Garantie qui m’oblige parfois à écrire des choses sans être toujours très claire. De plus, si je rentre dans le moindre détail, mes critiques feraient vite 10 pages ^^
      Du coup je ne peux pas parler clairement de certains faits qui m’ont embêté sinon ça ne vaudrait même plus la peine de lire le livre 😀

      • sanasan says:

        Si si je suis chiante 😉
        J’ai bien compris ou tu voulais en venir 😉 C’est donc bien une répétition de l’histoire mais vu d’un oeil neuf… Je comprends que ça ait pu amoindrir ton intérêt. L’auteur, aurait du peut-être y ajouter intrigues méconnus au départ ça aurait permis de découvrir de nouveaux mystères
        sanasan Articles récents…Throwback thursday livresque !!My Profile

        • Audrey says:

          La partie de Percy ne reprend pas entièrement la partie de Mary, vu par des yeux masculins mais forcément, ça se recoupe pas mal sur certains points… Évidemment, c’est sympa d’avoir des explications sur le comportement de Percy (surtout qu’en réalité, ce roman parle d’un couple qui avait tout pour être heureux mais qui n’a pas su se comprendre).
          C’est la première fois que je lisais un roman avec ce genre de découpage je crois. Quand il y a plusieurs narrateurs, généralement ça change plus souvent au coeur du récit.

  2. A-Little-Bit-Dramatic says:

    J’avais eu un coup de cœur pour La Plantation, qui est en quelque sorte la genèse des Roses de Somerset et raconte la création de Howbutker au XIXème… J’ai envie de lire celui-ci aussi…ce tome-là va avoir la pression, après la forte impression que j’ai ressentie à ma lecture de La Plantation… 😀 Quoique…je me rends compte que je n’ai pas d’attentes particulières. J’espère aimer mais n’attends pas non plus de coup de cœur. Cette lecture a l’air sympa et distrayante apparemment et c’est tout ce que je lui demande. Certainement un livre que je lirai en 2017… ^^
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Henri IV le Grand ; Georges BordonoveMy Profile

    • Audrey says:

      Oh mais tu m’apprends quelque chose ! Je connais La Plantation, de titre (je l’ai offert à ma mère à Noël) mais je ne savais pas que le roman parlait de la fondation de Howbutker (qui est évoquée rapidement dans Les roses de Somerset). Au vu de l’époque, je suis presque certaine de plus accrocher avec La Plantation que je lirai donc dès que possible ! 🙂

      • A-Little-Bit-Dramatic says:

        Je ne savais pas non plus que La Plantation était un « préquel » des Roses de Somerset avant de lire le roman ! ! 🙂 Ce qui est génial, c’est qu’on peut les lire dans l’ordre que l’on veut…parfois, c’est sympa de commencer une saga et de revenir vers ses origines…pour moi, ce sera une lecture plus chronologique mais c’est sympa aussi. ^^ Bref, je te conseille La Plantation. J’avais eu un vrai coup de cœur pour cette lecture ! Maintenant il faut que je m’intéresse plus sérieusement aux Roses…et puis j’ai envie de savoir ce qui va arriver aux descendants des personnages rencontrés dans La Plantation ! 😉
        A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Marius Granet et le Trésor du Palais Comtal ; Jean d’AillonMy Profile

        • Audrey says:

          Oui tout à fait, on peut les lire dans l’ordre que l’on veut et finalement, les deux possibilités ont leur charme ! Moi j’ai vraiment envie de mieux connaître l’histoire de leurs ancêtres !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.