Critique Reflex, de Maud Mayeras

Intriguée par Reflex, un roman dont j’avais beaucoup entendu parler, j’avais quand même peur d’être déçue. Peur que sa réputation ne soit pas à la hauteur de sa qualité.

Bref. Après lecture, je peux vous le dire : Reflex est un livre que je ne suis pas prête d’oublier ! Les blogueurs n’ont pas menti.

Reflex est un livre que j’ai trouvé assez dur, une histoire poisseuse construite sur la misère humaine et sur les névroses de personnages qui glacent ou touchent, en fonction des situations. Des liens familiaux qui se délitent, des personnages murés dans leurs propres souffrances… tout un programme !

Il y a tout d’abord Iris, trentenaire solitaire. On apprend que son fils a été kidnappé et tué il y a 11 ans et que depuis, sa vie ne ressemble plus à rien. Photographe judiciaire, elle bosse sur les scènes de crime, prend les cadavres en photo puis s’en va pour la mission suivante. Sa mère ? Elle ne la voit plus. Son père est mort d’un cancer des années auparavant. Pas d’amis. Pas de mec. Même pas d’amants. Elle aurait pu vivre ainsi pendant longtemps mais une affaire la pousse à revenir dans la ville de son enfance. Tout va refaire surface.

En parallèle, l’auteur s’attarde sur d’autres personnages. Cela commence en 1919. Deux femmes, un homme. Trois générations et autant de destins tragiques. Julie, Lucie, Henry. Là encore, des parcours assez tristes mais de très beaux portraits. J’ai particulièrement été touchée par celui de Lucie.

J’avoue que j’ai mis du temps à comprendre quel était le lien entre ces 3 personnages et Iris. J’ai deviné des choses, ai été extrêmement surprise par d’autres. Car Maud Mayeras ne se contente pas de nous raconter une histoire, elle nous ballote entre plusieurs sentiments, entre des sensations très diverses (elle fait souvent appel à nos sens) où l’angoisse, le dégoût et l’appréhension sont quand même omniprésents. Le ton est sobre, les chapitres courts (j’adore les chapitres courts, je vous l’avais dit ?). Le suspens va crescendo, on se pose des questions, on croit comprendre et puis finalement, on se rend compte qu’on n’avait pas tout à fait compris le pourquoi du comment (et c’est peu dire !).

Les dernières pages de Reflex sont particulièrement édifiantes, très fortes, et nous laissent avec une drôle d’impression. Un thriller (mais pas que ça ! ) brutal, envoutant et terrible à la fois. Pas de ville, pas de pays mais une chaleur suffocante, évoquée de manière régulière. Une héroïne marginale. Une histoire de perte et surtout, de la souffrance, du mensonge. Autant de choses qui, je vous l’assure, vous plongeront dans un état d’esprit très particulier.

3 comments

    • Audrey says:

      Il est très bon, impossible de ne pas aimer ! 🙂
      Il me semble avoir vu sur ton blog (dans une liste vus/lus) que tu avais aussi lu le premier roman de cet auteur ? Hématome ? C’était aussi bien ?

  1. zofia says:

    Oui excellent même, mais justement quand il y a trop d’attente on peut être déçu.
    Je viens juste de publier la chronique, ta question m’a rappelé que je ne l’avais pas encore fait 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge