Critique Quelques minutes après minuit, Juan Antonio Bayona

quelques-minutes-apres-minuit-affiche-vfSortie : 04/01/2017

Résumé

Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité…

quelques-minutes-apres-minuit-macdougall-felicity-jones

Mon avis

Adapté du roman du même nom, écrit par Patrick Ness, Quelques minutes après minuit est un film dont je n’attendais absolument rien. Il m’avait attiré au départ de par sa dimension fantastique puis j’avais survolé des critiques négatives qui m’avaient donné envie de tout, sauf d’aller le voir…

[Mais je suis allée le voir quand même car ce jour là, à 14h, c’était ça ou Neruda et Neruda ne me tente absolument pas].

J’ai vu ce film en VO sous titrée et je vous recommande chaudement de faire de même. Déjà, parce qu’il n’y a rien de mieux que la VOSTFR pour profiter pleinement du jeu des acteurs et puis aussi parce qu’en VF, vous ne pourrez pas profiter de la voix de Liam Neeson qui double le monstre.

Que dire pour commencer ?

Si vous me suivez un peu, vous savez que je déteste les films et les romans qui parlent de cancer. Si je comprends le besoin d’en parler et le besoin d’aller voir ce genre d’histoires, personnellement, je les fuis comme la peste. Déjà parce que c’est bien TROP TRISTE et qu’il y a bien assez de choses tristes dans la vie quotidienne pour aller pleurer au cinéma. Puis parce que je trouve que mettre en scène la mort et la maladie, c’est facile dans le sens où ça touche forcément. Selon les œuvres, c’est plus ou moins mélo mais la finalité est la même : tu peux pas te sentir indifférent.

Au mieux, tu en ressors avec le moral à zéro. Au pire, tu passes ta séance à pleurer.

La (jeune, en + !) maman de Conor luttant justement contre un cancer, j’ai, un temps, regretté d’avoir mis les pieds dans la salle de ciné.

1053213_1600x450Ce premier et triste constat ayant été fait, j’ai plongé la main dans mon sachet de bonbons-qui-piquent-Lapins-Crétins et je me suis laissée porter par l’histoire…

Contrairement à ce que j’avais cru comprendre, Quelques minutes après minuit n’est, à mon sens, pas du tout pensé pour le jeune public. Et oui : voir cet arbre géant un peu flippant m’avait induite en erreur. Car ce film est avant tout un film sur la réalité de la maladie, sans fards, sur le deuil, sur l’amour d’un ado pour sa mère et inversement, sur les rêves, les cauchemars mais également sur la créativité, la fantaisie…

Tout comme sa mère, Conor dessine admirablement bien et tout l’univers qu’il s’est créé l’aide à sortir d’une réalité un peu trop compliquée à vivre quand on a seulement 12 ans.

La longue introduction ayant posé les bases d’un drame familial somme toute assez « banal » (notez l’emploie des guillemets ^^), on plonge finalement dans un film fantastique avec des séquences d’animation absolument MAGNIFIQUES (qui seront au nombre de trois). On y parle de prince et de princesse, de chevaliers, de guérisseur mais attention, ces histoires ne rendent pas le film plus enfantin pour autant car les potions magiques n’y fonctionnent pas et les princes peuvent parfois être sujets à de sombres pensées.

quelques-minutes-apres-minuit-photo-sigourney-weaver-963083Quelques minutes après minuit est un film poétique, sensible, poignant et doté de très belles images. Bien sûr qu’il est triste mais je dois reconnaître qu’il est assez subtil pour ne pas être taxé de mélo poussif.

J’ai beaucoup aimé Lewis MacDougall, le jeune acteur qui incarne Conor. Moi qui trouve souvent que les acteurs masculins adolescents ont de vraies têtes à claques (oui je sais, je ne suis que douceur et amour ^^), je l’ai trouvé vraiment doué et touchant. Néanmoins, malgré toutes ces qualités, je n’achèterai pas ce film en dvd et je ne le reverrai pas de sitôt à cause de son thème et de sa tristesse. Une fois suffit !

8 comments

  1. sanasan says:

    Les ados tout courts sont de véritables têtes à claques 😉
    Je pourrais t’en parler pendant des heures avec ma fille aînée pourtant habituellement si douce et gentille qui se transforme petit à petit… en ado 😉
    Sinon, je suis comme toi, et mon état d’esprit en ce moment me pousse à aller dans ce sens… pas de mélodrame pour ma part…
    Mais pas que mon état d’esprit pour être honnête… Depuis l’accident de ma fille (3 années d’enfer) je glane du positif à droite à gauche (alors t’imagines un film qui parle de maladie et d’hôpital 😉 )
    sanasan Articles récents…Throwback Thursday livresque !!My Profile

    • Audrey says:

      Oh qu’est ce qui lui était arrivé ? 🙁 (bien sûr, ne répond pas si ça te gêne d’en parler)
      Je me trompe ou ça ne va pas fort fort ? J’espère que ce n’est pas trop grave ! Bisous sanasan !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge