Critique Purgatoire des innocents, Karine Giébel

Résumé éditeur

Raphaël a passé des années en prison pour vols à main armée puis pour récidive. Pendant son absence, sa mère est morte de chagrin tandis que son jeune frère William prenait le même chemin que lui. Raphaël, à sa libération, entraîne celui-ci dans leur premier braquage en commun, une bijouterie de la place Vendôme, avec la complicité d’un jeune couple. L’affaire tourne mal, un policier et une passante sont tués, et William est grièvement blessé. Leur cavale devient pour Raphaël une véritable course contre la montre : il faut sauver son frère. Les quatre fuyards atterrissent à quelques heures de Paris, et trouvent le numéro d’une vétérinaire, Sandra, qu’ils prennent en otage chez elle, dans sa ferme isolée, et forcent à soigner William. Sa vie contre celle du braqueur. C’est dans cet état d’esprit que Sandra doit opérer dans son salon, sans trembler, elle qui n’est pas chirurgienne. Mais les jours passent et William n’est toujours pas en état de reprendre la route. Et lorsque le mari de Sandra prévient sa femme de son retour, tous attendent. Les uns de le prendre également en otage et Sandra d’être sauvée… ou peut-être autre chose… Car ce que Raphaël ignore, c’est qu’ils sont dans la demeure du diable.

Mon avis

Je viens tout juste de terminer ce roman et j’ai envie de vous dire : quelle claque ! Karine Giébel a encore frappé très très fort avec cette histoire d’une force, d’une intensité et d’une dureté folles. Et psychologiquement très éprouvante, il ne faut pas se leurrer. Impossible et impensable d’entrer dans les détails dans une critique : il faut les découvrir soi même, entrer dans ce presque huis-clos étouffant de son plein gré, se laisser envahir par l’angoisse, la terreur et la douleur de ceux qui sont enfermés là-bas. Plonger au fin fond de cet enfer. Tout en ayant la possibilité d’en sortir quand on le souhaite (contrairement aux personnages).

Comme souvent chez Giébel : ce roman est dodu (presque 600 pages, quand même !) mais se lit très très rapidement. Les pages se tournent toutes seules, s’enchainent à une vitesse folle et une fois le roman posé, on a qu’une envie : y revenir, connaître la suite et surtout, aller à la rencontre de toutes les surprises et de tous les rebondissements qui nous y attendent. L’auteure maitrise ces derniers à la perfection. Ils ne sont jamais trop nombreux, ni tirés par les cheveux, ni ridicules si bien que l’histoire tient la route de A à Z.

Ce sens de l’intrigue et cette efficacité indéniable ne seraient évidemment rien sans cette capacité qu’a l’auteure de toucher nos cœurs et nos émotions les plus profondes. Malgré leur dureté, ses romans sont toujours très humains dans le sens où elle parvient à nous faire éprouver de l’empathie pour des personnes qui, a priori, n’ont rien de sympathiques. On se prend au jeu, on tient à eux. Ici, Raphaël et William sont deux braqueurs armés jusqu’aux dents mais croyez-moi, vous allez trembler pour eux !

Cependant, dans ce roman, je crois que le personnage qui m’aura le plus marqué est celui de Sandra. Pas vraiment pour ce qu’elle est dans le roman mais plus pour tout ce que son personnage suggère. Mais là encore, difficile d’en dire plus sans trop en dire…

En quelques mots :

Si vous aimez Karine Giébel, vous allez adorer ce roman.

Si vous n’avez jamais lu Karine Giébel, que vous avez le cœur bien accroché (ça va, ce n’est pas gore pour autant, je vous rassure car l’auteure ne rentre jamais dans les détails) et qu’une bonne intrigue bien oppressante ne vous fait pas peur, vous allez adorer ce roman.

6 comments

  1. zofia says:

    Oh la la ce roman !! comme tous les autres Giebel, on en prend plein la tronche… il me reste le dernier de l’auteure et Satan était un ange à lire, mais même si j’adore ses romans, je sais toujours que ça va être dur comme lecture…
    zofia Articles récents…Bilan 2018My Profile

    • Audrey says:

      Moi il m’en reste 3 à découvrir 🙂
      Oui c’est dur comme lecture mais à la fois… toujours un moment de plaisir. C’est assez paradoxal je dois dire !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.