Critique Prisoners

Sortie : 9 octobre 2013

Dans Prisoners, Anna et Joy, deux fillettes de 6 ans, ont disparu. Nous sommes dans la banlieue de Boston et à mesure que les jours passent, la tension monte. Alors que l’inspecteur Loki essaie de recoller les morceaux d’une histoire embrouillée, Keller, le père d’Anna, n’hésite pas à se salir les mains durant l’enquête qu’il mène de son côté.

J’ai commencé la séance mal en point et contrariée. Mal en point à cause d’un mal de crâne plutôt cruel et contrariée parce que j’étais tout à gauche de l’écran, au deuxième rang et que c’est une place tout simplement pourrie ! Autant vous dire que je n’ai pas apprécié les premières 20 ou 30 minutes à leur juste valeur. Je le regrette. Mais c’est trop tard. Bref.

Quand j’ai vu la bande annonce de Prisoners, il y a quelques temps, je me suis dit que ce film allait être génial. Les quelques critiques que j’ai lu allaient dans ce sens et c’est donc sure de moi que j’ai mis les pieds dans la salle de cinéma. Autant vous dire que pour une fois, je n’ai pas été déçue ! Ce thriller a beau durer 2h30, il est excellent de A à Z. J’ai parfois du mal à rester concentrée aussi longtemps au cinéma et je souffre souvent le martyre devant des films que je trouve trop longs à mon goût. Dans le cas de Prisoners, je n’ai pas souffert de la durée. Mieux encore : je n’ai pas eu l’occasion ni l’envie de regarder ma montre.

L’enquête est tout simplement hyper prenante alors qu’à première vue, elle n’a rien de bien original. Après tout, les histoires de disparition et de course contre la montre, c’est du déjà vu. Ce film a pourtant quelque chose de différent car il oppose finalement plusieurs points de vue. On aurait pu avoir la vision du père OU la vision des forces de l’ordre. Ici, les deux s’emmêlent et la tension n’en est que plus grande. Si les rebondissements sont nombreux tout au long de l’histoire, ils ne sont pas ridicules pour autant et nourrissent une histoire qui est loin d’être manichéenne. Il faut dire que dans Prisoners, il aurait été facile d’opposer le Bien et le Mal et d’en faire des clichés en série. Le film et l’intrigue sont trop subtils pour ça. Le tout est porté par une ambiance très sombre et une mise en scène sobre et élégante.

Alors que les personnages auraient pu être superficiels, ils se révèlent complexes et bien construits. Ce qui est presque un luxe pour les spectateurs. Deux personnages masculins sortent pourtant du lot : Keller et Loki. En effet, les agissements de Keller Dover, incarné par Hugh Jackman, mettent finalement très mal à l’aise car ils mettent à mal notre sens de l’empathie. Si on comprend la douleur d’un père, on a du mal à l’accompagner moralement jusqu’au bout de ses décisions. Il nous apparait monstrueux et humain à la fois et nous plonge dans un trouble pas forcément agréable.

Mais c’est finalement Jake Gyllenhaal que j’ai préféré dans Prisoners. Il tient le rôle de l’inspecteur Loki, un homme méticuleux et mystérieux. On devine qu’il a eu une vie personnelle un peu mouvementée et que ses nombreux tatouages ne sont pas là par hasard. Mais on en saura que très peu sur lui et son histoire. Qui est-il ? Quels sont les sentiments qui l’animent ? On ne le saura pas, ou si peu.

 Pour conclure, Prisoners est VRAIMENT un super film. Ce n’est pas un coup de cœur comme l’avait été Electrick children car le sujet s’y prête moins mais il restera sans doute dans mon top 5 des meilleurs films de l’année.

Je vais suivre de près la filmographie de Denis Villeneuve, le réalisateur. J’ai d’ailleurs hâte que son prochain film, Enemy, sorte. On y retrouvera Jake Gyllenhaal dans une histoire de double particulièrement angoissante.

 

11 comments

  1. auroreinparis says:

    Ce film n’a presque que des critiques élogieuses. Elles sont méritées, même si je n’ai pas réussi a totalement m’attacher aux personnages. Peut être que c’est inconscient de ma part, une prise de recul nécessaire vu la cruauté du sujet. Je ne sais pas. Mais je n’en suis pas sortie bouleversée.

  2. Audrey says:

    Pour une raison ou une autre, tu as dû passer à côté de l’histoire… ça arrive ! Tu ne dois pas être la seule. Pour ma part, j’ai tellement aimé que j’irai bien le revoir, même si je connais les ressorts de l’histoire à présent.

  3. Zofia says:

    Ca y est je l’ai vu ! aucun regret, c’était vraiment un super moment. On a vraiment du mal à cautionner les agissements de Keller, j’ai détesté le personnage du commissaire et je n’ai pas vraiment compris la réaction des parents vis à vis du flic qui pourtant faut quand même son boulot pour résoudre l’enquête.

  4. Lujena says:

    Enfin VU! Et juste superbe…. Même si parfois je trouvais un p’tit peu le temps long, en fait, il n’y a rien à jeter. Tout est à sa place. C’est vraiment une très belle découverte. Et ça change de voir Hugh dans ce genre de rôle, preuve qu’il ne faut le réduire à Wolverine! ^^ Belle découverte que le jeu de Jake Gyll…al, un très beau jeu d’acteur, jamais surfait, toujours dans la nuance. Et Paul Dano, ben.. Paul quoi <3

    • Audrey says:

      Contente que tu aies apprécié ! ça reste vraiment un bon film mais même si j’aimerais le revoir dans quelques temps, je sais que rien ne vaut la première séance (parce que quand on connait l’histoire, c’est forcément moins tendu).

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.