Critique Prendre Lily, Marie Neuser

prendre-lily-de-marie-neuserLundi, je vous disais vouloir lire Prendre Gloria. Mais j’ai finalement décidé de commencer par le commencement, c’est à dire par Prendre Lily. Je vous conseille bien évidemment de les lire dans cet ordre si jamais ces deux livres vous intéressent !

L’histoire

Lily Hewitt, la quarantaine, couturière de son état, divorcée et maman de deux filles, est retrouvée morte dans sa baignoire. Après lui avoir brisé le crâne à coup de marteau son assassin lui a coupé les seins et l’a presque décapitée. Entre ses mains, deux mèches de cheveux : une brune, la sienne et une blonde, d’une femme inconnue. Pour le policier qui nous raconte l’histoire, Gordon, et ses collègues de travail (Jim et Daphnée), c’est l’horreur en direct. Le cauchemar, le dégoût le plus total, l’obsession.

Dès les premiers jours, Damiano Solivo, émigré italien et voisin de Lily leur paraît très louche. Son alibi semble bancal… Toute l’équipe est certaine qu’il est le coupable mais Damiano glisse constamment entre leurs mains. Ils vont collecter, une à une, les preuves de sa culpabilité mais sans parvenir à prouver réellement sa présence sur les lieux et sa réelle implication dans l’histoire.

Mon avis

Le résumé de Prendre Lily doit vous paraître bien dur et bien sordide et en vérité, il l’est. Il serait même calqué sur un fait divers ayant réellement existé mais sur lequel je n’ai pas pu/pas voulu trouver des informations plus précises.

Le roman commence donc avec un crime terrible, abjecte, très perturbant pour mieux nous plonger dans l’état d’esprit des policiers qui se trouvent sur l’affaire. Au cours du récit, l’auteur n’ira pourtant pas dans la surenchère même si les circonstances de la mort de Lily sont souvent évoquées par les protagonistes. En clair, si vous aimez les thriller mais que vous avez peur du gore…. n’ayez pas peur de Prendre Lily. Contre toute attente, ce bouquin porte plus sur l’enquête que sur le crime lui même.

Et vous risquez bien de vous passionner pour les recherches et les errances de nos petits flics britanniques….

En effet, si l’enquête narrée par Prendre Lily s’étale sur plusieurs années, elle reste en tous points hyper prenante. Marie Neuser a vraiment réussi à me surprendre avec son polar. Elle a soufflé un bon coup sur mes petites habitudes de lectrice, sur mon petit confort… en me présentant un polar un poil différent de ceux que j’ai l’habitude de lire.

En fait, Prendre Lily nous raconte une enquête qui ne semble jamais se terminer. Une enquête qui va se dérouler pendant des années autour d’un même coupable, le fameux Damiano. Oui, vous l’avez compris : on connaît le nom du coupable dès les premières pages.

Le problème dans l’histoire ? C’est que nos flics n’arrivent pas à prouver concrètement son implication. Marie Neuser raconte donc plusieurs années de recherches, d’enquêtes, d’écoutes, de surveillance, de soupçons, de garde à vue qui débouchent sur rien.

Je vous l’accorde : c’est lent. On n’est pas dans l’action pure dans ce roman. Et cela peut déplaire.

C’est lent, mais c’est réaliste. Comme nous le fait remarquer Gordon, le narrateur, on est pas dans les séries policières où tout est torché en un épisode de 40 minutes. Les enquêtes, les résultats ADN, les analyses et tout le bazar, cela peut prendre en réalité des mois, voire des années.

Prendre Lily ne serait que le récit d’un piétinement ?

Et bien non ! Nos protagonistes avancent dans leurs vies persos, font des aller/retour en Italie pour étudier une autre affaire qui ressemble beaucoup à l’affaire Lily et puis de temps en temps, ont une bonne idée, une révélation.

La plume de l’auteure reste très agréable, très vive, pleine d’humour et d’intelligence. J’ai aimé sa façon se traiter l’histoire et aimé ses personnages !

thrillerpolar-pativore2

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge