Critique Pétronille, d’Amélie Nothomb

Chaque année, je saute sur le dernier Amélie Nothomb. J’aime ce rendez-vous de la fin d’été, j’aime savoir que je vais la retrouver chaque année. Ce n’est pas si souvent le cas avec les romanciers que l’on aime car ils n’ont pas tous cette régularité. Pétronille est sorti le 20 août. On me l’a offert le 25. Je l’ai terminé le 26 (aujourd’hui). Voilà voilà. Le rendez-vous de 2014 est déjà terminé et je n’ai plus… qu’un an à attendre avant le prochain !

On le sait parce que je le répète mais, malgré mon amour pour Amélie, je reconnais que ses derniers romans sont moins marquants, moins riches que ceux qu’elle a écrit durant les 10 premières années de sa carrière. Pétronille n’est pas venu me faire changer d’avis sur la question mais j’avoue l’avoir lu avec beaucoup de plaisir.

Ce roman relate l’amitié étrange entre Amélie Nothomb et une lectrice devenue elle-même écrivain, Pétronille Fanto. Il se veut (sans doute en partie) autobiographique car nous plongeons dans le quotidien de l’auteur, au gré des interviews ou des séances de dédicaces au cours des années. Les premières pages nous narrent d’ailleurs les commencements de cette amitié, au cœur des années 90, alors qu’Amélie Nothomb commence sa carrière… puis l’auteur nous mènera par le bout du nez jusqu’en 2014, année où se termine le roman.

Et que se passe-t-il entre temps, me direz-vous ? Et bien pas grand-chose et beaucoup de choses en même temps. Pétronille est encore une fois une véritable ode au champagne, la boisson de prédilection de l’auteur (on veut bien le croire car elle en parle déjà dans bien des romans). D’ailleurs, notons qu’au début du livre, Amélie se cherche avant tout une compagne de beuverie, quelqu’un capable de s’enivrer avec élégance et délectation mais si Pétronille répond bien entendu à ces critères, sa personnalité fantasque et aventureuse va les jeter la tête la première dans quelques aventures.

S’il n’est pas hyper marquant, Pétronille est léger, super drôle et donc, agréable à lire. Amélie Nothomb nous sert là encore un roman haut en couleurs, extravagant, jubilatoire. L’auteur se met en scène de manière délicieuse et grotesque tout en nous permettant de rire d’elle. Je reprocherais juste à ce roman d’être trop court, beaucoup trop court. A quand un Nothomb qu’on lit en plus de deux heures ?

(A noter : Pétronille Fanto n’est autre que Stéphanie Hochet, une écrivain réputée mais également connue pour être une grande amie d’Amélie).

One comment

Laisser un commentaire

CommentLuv badge