Critique Paterson, Jim Jarmusch

paterson_filmRésumé

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

paterson-5-620x412

Mon avis

Jim Jarmusch, généralement j’aime bien. Only Lovers Left Alive, Broken Flowers, Coffee and cigarettes… Ouais, j’aime bien. Surtout le premier, tiens ! Quand j’ai vu qu’Adam Driver était au casting de son dernier film, quand j’ai vu la bande annonce assez alléchante, je me suis dit que ça avait toutes les chances d’être super sympa.

Mais en fait non.

Et encore une fois, je me sens seule car les notes sur allociné (oui, je me fie toujours à cette tendance, j’ai peut être tort ?) sont quand même glorieuses. 4,1/5 pour la presse, quand même ! Moi j’aurais à peine mis la moyenne tant je me suis ennuyée.

Pourquoi ?

Et bien déjà, parce qu’il ne se passe rien dans un film qu’on aurait très bien pu appeler « Une semaine avec Paterson ».

Du lundi au lundi.Une monotonie classique, un quotidien banal, une routine fatale ! Le message passe bien à l’écran avec la répétition de certaines scènes (le lever, le début de journée, la promenade du soir avec le passage au bar (on ne voit jamais Paterson rentrer chez lui par contre)). Autant de choses qui sont bien rendues à l’écran mais qui auraient pu être transcendées en autre chose… Là, il n’y a rien ou du moins, je n’y ai trouvé aucun charme. Même les rencontres avec les différents personnes ne m’ont pas intéressées (à part peut être le patron du bar).

423219-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Il ne se passe rien ? Après tout, c’est pas grave. J‘aurais pu craquer sur les personnages ou alors être émue ou touchée par leurs personnalités, leurs rêves, tout ça tout ça… Mais là encore, non.

Je n’ai pas trouvé le personnage de Paterson très attachant et mes sentiments sont à peu près similaires au sujet de Laura. Elle ne sert pas à grand chose et passe ses journées à glander, seule à la maison avec ses lubies du moment (ben ouais parce qu’apprendre la guitare, repeindre la maison en noir et blanc ou faire des cupcakes devant le regard interloqué du chien, c’est bien mais ça ne mène pas loin…).

Je suis généralement assez réceptive aux films d’ambiance, aux univers poétiques mais là pfff. J’ai détesté les poèmes de Paterson que j’ai trouvé sans intérêt. Peut être parce que je n’ai jamais trop craqué sur la poésie en prose, à part chez Baudelaire mais n’est pas Baudelaire qui veut…

405069-jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Ah ce chien… J’aime bien les chiens mais bon, à chaque fois qu’il apparaissait sur l’écran, toute la salle pouffait de joie ce qui, au bout de 2 heures, commençait fortement à me fatiguer !

Malgré tout, j’ai survécu sans trop de mal à la séance, c’est sans doute la force du réalisateur qui propose quand même de belles images et puis pour le duo d’acteurs qui reste malgré tout un atout pour ce film.

2 comments

    • Audrey says:

      Oui il faut vraiment accrocher à l’ambiance et se laisser porter… Moi je suis malheureusement restée de côté et j’en suis déçue !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.