Critique Parmi les loups et les bandits, Atticus Lish

511xnnsqa0L

Résumé éditeur

C’est dans un New York spectral, encore en proie aux secousses de l’après-11 Septembre, que s’amorce l’improbable histoire de Zou Lei, une clandestine chinoise d’origine ouïghoure errant de petits boulots en rafles, et de Brad Skinner, un vétéran de la guerre d’Irak meurtri par les vicissitudes des combats. Ensemble, ils arpentent le Queens et cherchent un refuge, un havre, au sens propre comme figuré. L’amour fou de ses outlaws modernes les mènera au pire, mais avant, Lish prend le soin de nous décrire magistralement cette Amérique d’en bas, aliénée, sans cesse confinée alors même qu’elle est condamnée à errer dans les rues. Il nous livre l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui font le corps organique de la grande ville : clandestins, main-d’œuvre sous-payée, chair à canon, achevant sous nos yeux les derniers vestiges du rêve américain.

Mon avis

J’ai reçu ce livre dans le cadre d’une masse critique Babelio et j’étais plutôt intéressée par son thème et ses personnages. On s’attache très vite à Zou Lei et à Brad Skinner, des personnages aux multiples facettes, très humains, avec leurs doutes et leurs faiblesses. On s’intéresse à leur parcours en solo et d’autant plus à leur réunion en se demandant si, à deux, ils arriveront à survivre comme ils le méritent.

Ce qui caractérise le plus ce roman, je crois, c’est son souci de réalisme. L’auteur nous plonge dans un quotidien compliqué, pragmatique, sans jamais nous épargner. Certaines scènes sont tristes, révoltantes, violentes. Mais le ton reste toujours froid, détaché, presque journalistique. A la longue, je me suis quand même un peu détachée du récit à cause de ce parti pris narratif.

La ville de New York déborde quant à elle de chaque page. L’auteur prend visiblement plaisir à nous en décrire les rues, les marchés, les ambiances et les gens qui la traversent. Ces digressions, parfois assez longues, sont intéressantes car elles permettent de s’immerger dans le récit mais d’un autre côté, j’apprécie beaucoup plus les histoires qui restent centrées sur les personnages principaux. Puisque je parle des « défauts » de ce livre, je pourrais également évoquer le style de l’auteur qui m’a semblé parfois assez chaotique les bords. Difficile, dans certains passages, de savoir de quel personnage il est question car Atticus Lish use et abuse des « il » ou « elle » sans les déterminer de prime abord, et je ne parle même pas des dialogues. Faut s’accrocher quoi. Si on ajoute à ça l’absence d’une réelle action (il y a beaucoup de pages dans ce roman mais finalement, il ne s’y passe pas grand chose) on obtient un avis mitigé.

En bref,

Parmi les loups et les bandits est un livre que l’on pourrait qualifier de « politique » car il met le doigt sur certains problèmes de société. Zou Lei est une immigrée, Skinner un soldat traumatisé par la guerre d’Irak. Le livre, un premier roman, a donc été très bien accueilli par la critique et c’est vrai qu’il a des qualités mais il ne m’aura pas laissée pantoise, tout simplement parce qu’il ne me correspond pas. Trop de longueurs pour moi et un style parfois « étrange » m’auront laissée sur la touche.

Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502

22/91

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge perso « Je vide ma PAL »

5 comments

    • Audrey says:

      Même chose pour moi :-/ L’histoire me tentait beaucoup mais son traitement ne m’a pas convaincue. Il est à découvrir malgré tout.

  1. Zofia says:

    J’aime bien le titre et je l’avais coché mais je l’ai pas gagné cette fois-ci, je pense que leurs romans sont dans le même esprit de faire découvrir des pays sous un angle un peu différent. Si j’ai l’occasion, je pense que je le lirais.
    Zofia Articles récents…Adieu Rio, Bonjour Tokyo !My Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge